Civilization IV Warlords

Voici arrivé l’add-on de l’un des meilleurs jeux de stratégie de l’année 2005 et même 2006, le fameux Civilization IV. En effet, en novembre, le dernier opus de cette série légendaire nous offrait de nouveaux concepts comme la religion ainsi qu’une avancée technologique avec l’utilisation massive de la 3D. Plusieurs mois après, les fans insatiables attendaient encore plus de Firaxis ! Qu’en est-il ? Civ4 Warlords relève t-il vraiment le défi ?

Le Warlord

Dès le sous-titre, ce disque additionnel met l’accent sur le nouveau personnage illustre disponible. Il s’agit du seigneur de guerre que l’on peut se procurer en accumulant l’expérience au combat. Comme vous êtes perspicaces, vous avez de suite remarqué qu’il ne s’acquiert pas comme les autres et qu’un joueur pacifique aura beaucoup de mal à découvrir ce puissant bonus militaire.
A l’instar tous les autres protagonistes importants, ce général vous permet de construire un bâtiment qui améliore la création d’unités militaires dans la ville. Mais ce n’est pas tout, il permet également de distribuer des points d’expérience aux unités qui sont sur la même case, ou encore octroie l’accès à des promotions spéciales (Moral, tactiques, …). Je vous laisse découvrir le reste de ses pouvoirs.

Diplomatie

Avec ce nouveau personnage illustre, nul doute que vous mènerez de puissantes campagnes militaires pour asseoir votre pouvoir. C’est ici que la diplomatie entre en jeu. En effet, une nouvelle option est possible : la vassalisation ! Voilà une bonne nouvelle qui empêchera un ennemi que vous avez remis en place plusieurs fois de revenir inlassablement en guerre contre votre Empire.

Pour vassaliser une civilisation adverse, vous pouvez le faire pacifiquement si l’un des deux dirigeants le demande ; mais vous pouvez également vassaliser les nations qui ont capitulé contre vous lors d’une guerre.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le vassal ne paye pas une taxe à son suzerain, c’est même plutôt le contraire puisque c’est le dominant qui dépensera un peu plus. Il y a tout de même de nombreux avantages :
– Libre passage automatique
– Le vassal vous prête allégeance cela veut dire qu’il suit tout ce que vous faites au niveau de la
diplomatie, bref il n’a plus son mot à dire. Il entrera en guerre en même temps que vous que ce soit
pour attaquer ou pour défendre.
– Le bonheur de votre population s’accroît (le sien diminue).
– Vous pouvez exiger des tribus !

Pour équilibrer un peu tout ça, il existe également quelques contraintes et l’accord peut prendre fin si :
– Le vassalisé vous déclare la guerre.
– Il perd la moitié de son territoire depuis qu’il a été vassalisé (Cela peut dire que vous ne jouez pas votre rôle de protecteur).
– Il dépasse 50% de votre population ou 50% de votre territoire.
– En cas de vassalisation pacifique, le vassalisé peut rompre après 10 tours.

Nations, héros, traits de caractères

Six nouvelles civilisations ont été ajouté élargissant ainsi le panel déjà très complet qu’offre le jeu : Carthaginois, Celtes, Coréens, Ottomans, Vikings et Zoulous ; chacune possédant son unité unique bien sûr ainsi qu’un héros. Du côté de ceux-ci, quatre font leur entrée : Winston Churchill, Auguste César, Ramsès II et Josef Staline.
Les traits de caractère ont été remaniés et trois viennent enrichir et multiplier les combos :
Charismatique : +1 de bonheur dans toutes les villes, +1 au bonheur du monument et de la tour de radiodiffusion.
Impérialiste : +100% d’émergence d’un général illustre. Production des colons accélérée de moitié.
Protecteur : Promotion gratuite Manœuvres I et Garnison I pour les archers et les unités équipées d’armes à feu. Vitesse de production doublée pour les remparts et les châteaux.

Unités, bâtiments et merveilles

De ce côté, c’est un peu la déception ! Seulement 1,5 bâtiment(s) de plus ! L’écurie (+2 d’expérience aux unités montées) et … le monument … qui, en fait, remplace l’obélisque.
Car l’obélisque est devenu le bâtiment unique des Egyptiens. Et oui, car il y a tout de même un bâtiment spécifique par civilisation. Par exemple, pour les Français, le salon remplace l’observatoire et nous offre +25% de recherche, un artiste gratuit et peut transformer un citoyen en scientifique.

Au sujet des unités ? La même déception ! Le trébuchet et la célèbre trirème des anciens « Civilization » viendront maladroitement compléter votre éventail.

Trois merveilles mondiales font leur apparition :
–    La grande muraille qui offre une protection face aux barbares.
–    Le temple d’Artémis (+100% de production de la route commerciale et un prête gratuit).
–    L’université de Sankore liée à la religion.

Les 8 scénarios

Avec 80% de la centaine de pages du manuel consacrés aux scénarios, on peut croire que c’est la partie sur laquelle Firaxis a passé le plus de temps. Alors que des centaines de scénarios pullulent sur le Net grâce à un travail remarquable de la communauté, les développeurs ont cru bon d’équiper ce disque additionnel de 8 scénarios fait par des professionnels. Chacun ayant une gamme d’unités de l’époque. Vous pourrez retrouvez ainsi l’unification de la Chine, l’ascension de Rome, Alexandre le Grand et bien d’autres…

Ce que l’on attendait et qui n’est malheureusement pas présent

Il est clair que l’on aurait souhaité voir plus de bâtiments, plus d’unités et, au moins, de nouvelles technologies… mais que nenni. Ce sont des éléments clés qui enrichissent le jeu si cela est fait soigneusement. Certains rêvaient même d’une poursuite dans le futur mais c’est un sujet qui soulève de gros débats au sein de la communauté.
Par contre, on n’attendait pas davantage de bugs mais ils nous l’ont quand même donné, si ce n’est pas gentil ça. En effet, les animations des héros sont parfois complètement noires et cela aléatoirement. Heureusement, ce n’est pas un bug bloquant et on peut continuer la partie.

 

Les Plus

Les Moins

Appréciation globale


pbpb