Fields of History: The Great War  : Devlog #25 – Bombardement Stratégique & Reconnaissance Aérienne

Voici le carnet sur les bombardements stratégiques et la reconnaissance aérienne, le vingt-cinquième carnet de Fields of History: The Great War, le jeu de grande stratégie sur la première guerre mondiale développé par Wolferos.

Salut à toutes et à tous !

Nous espérons que votre été s’est bien passé et que la rentrée n’a pas été trop dure. Dans ce Devlog, nous allons aborder l’aviation en commençant par le bombardement stratégique et la reconnaissance aérienne.

Si au début de la Première Guerre mondiale, de nombreuses armées croyaient toujours à l’offensive héroïque comme lors de la guerre de Sécession, tout changea très vite.

Le plus flagrant fut certainement le théâtre de l’aviation, dénigré dans ses débuts par les vieux généraux qui ne croyaient pas en son potentiel et ne voyaient cette dernière comme une légère amélioration des ballons d’observation, il ne fallu pas longtemps pour que la domination aérienne devienne un enjeu majeur de la guerre.

La reconnaissance aérienne changea radicalement. La possibilité de créer un effet stéréoscopique avec des photos verticales, que l’on doit à Frederick Charles Victor Laws, permis d’obtenir une perception de la profondeur qui s’avéra fort utile pour évaluer le relief et la taille de certains bâtiments. Ce procédé fut utilisé en 1916 par Autrichiens et leur permis de cartographier les infrastructures Italiennes. Grâce à ça, ils ont pu localiser les troupes ennemies, les sites stratégiques et permis de définir des cibles pour les premiers vrais bombardements stratégiques.

Même si le premier bombardement aérien de l’histoire eu lieu en Novembre 1911 au cours de la guerre Italo-Turque et que quelques bombardements furent effectués durant les guerres balkaniques la méfiance à l’égard de l’aviation était si répandue qu’au début des hostilités, les aviateurs étaient bien souvent limités à des missions de reconnaissance.

Pourtant, il ne pas fallu pas attendre si longtemps pour voir les premiers bombardements. Dès le début d’août 1914, un Zeppelin bombardait Liège en Belgique, mais c’est surtout le premier raid sur Paris qui rendit la menace palpable. Les dommages liés à ce raid n’étaient pas très importants (les bombes de l’époque ne faisaient que 2 kg) mais le largage de la lettre de Ferdinand von Hiddessen dans laquelle était écrit que « l’armée allemande est aux portes de Paris » fit prendre conscience à certaines personnes que la guerre pouvait aussi être psychologique.

Ce raid (suivi de nombreux autres) motiva les Français à déployer une escadrille au dessus de Paris pour chasser les avions allemands.

Dans le même temps, les Allemands mirent sur pied la première unité de bombardement stratégique au monde afin de bombarder les ports anglais. En réponse, le Royal Naval Air Service lança un raid sur les hangars Zeppelin à Düsseldorf.

Peu à peu, les bombardements furent généralisés. Londres subi de nombreux raids et les Zeppelins cédèrent progressivement leurs places aux bombardiers Gotha (bien plus économique). Le métier de pilote devint rapidement un rêve pour de nombreux jeunes hommes et l’apparition des premiers As fut abondamment utilisée par la propagande des deux camps afin de soutenir de l’effort de guerre.

Lorsque vous voudrez assigner une mission aérienne, la première chose que vous devrez envisager sera la portée de vos unités aériennes. À l’instar de ce qui s’est passé au début de la guerre, vos premiers avions auront des portées assez faibles et les seules unités aériennes capables de longs trajets seront les dirigeables.

Dès que vous sélectionnerez une unité aérienne, vous verrez un cercle sur la carte vous donnant sa portée actuelle ainsi que les provinces accessibles pour le type de mission sélectionnée.

Un autre point important sera la limite de plafond de vos avions. Même si leurs coûts importants peut sembler à première vue exorbitant, les premiers Zeppelins seront très difficiles voir impossibles à abattre (à part pendant les phases de décollage et d’atterrissage). En revanche, à partir de 1915 ou 1916 vous pourriez être obligé de les remiser en faveur de bombardiers modernes.

Comme pour les unités navales et terrestres, nous avons conçu les commandes aériennes autour de notre interface inspirée de Civilization III. Selon les caractéristiques de votre unité, vous aurez donc des différents ordres.

La reconnaissance aérienne sera un ordre disponible pour toutes les unités aériennes, mais les avions spécialisés seront beaucoup plus efficaces dans cette mission.

Lorsque vous effectuez une mission de reconnaissance sur une Province ennemie, le brouillard de guerre sur cette Province sera dissipé pendant un certain temps (ce temps variant selon la Statistique de Reconnaissance de votre unité) et vous permettra de bénéficier de plusieurs bonus pour vos unités au sol ainsi que pour la précision de vos barrages d’artilleries et celle de vos bombardements aériens. Cela augmentera grandement vos chances de faire mouche et d’engendrer d’importants dégâts sur les bâtiments ennemis.

Le but des bombardements stratégiques est le même que celui des bombardements côtiers effectués par vos navires : saper les moyens de production, les infrastructures et les entrepôts de vos ennemis.

Pour rendre tout cela intuitif et vous aider à sélectionner vos cibles, vous disposerez, comme pour l’artillerie, d’une vue au sol qui vous donnera rapidement un retour au survol des provinces sur lesquelles un bombardement est possible ou non. Vous aurez également un cercle bleu pour vous indiquer la ou les portées de vos différentes unités aériennes lorsque vous survolerez les différents ordres avec le pointeur de votre souris.

Au fait, ne vous inquiétez pas pour les tirs amis, si vous bombardez une province ennemie capturée par l’un de vos alliés, votre unité annulera son ordre et retournera à sa base.

Comme pour les Ports avec les Chantiers Navals, vous aurez 2 icônes pour distinguer les aérodromes et les pistes d’atterrissage.

Les pistes d’atterrissage seront peu chères et rapides à construire mais seront extrêmement fragiles. Elles ne pourront pas non plus permettre un entretien rapide de vos unités aériennes (le ravitaillement prendra plus de temps sur une piste d’atterrissage que sur un aérodrome). De plus, les pénalités de cumul apparaîtront beaucoup plus rapidement sur les pistes d’atterrissage que sur les aérodromes.

Il est également à noter que le respect de l’espace aérien dépendra de votre situation. Lorsque vous serez en guerre, vos avions pourront survoler des territoires neutres (le respect de l’espace aérien n’était pas aussi strict qu’aujourd’hui au début du 20ème siècle) mais cela pourrait avoir des répercussions sur vos relations. En effet, un pays neutre survolé trop souvent pourrait vous en vouloir. Pour éviter ce genre de situation, vous aurez peut-être à négocier un droit de passage.

C’est tout pour aujourd’hui, nous espérons que vous aimez la façon dont nous avons introduit l’aviation dans le jeu. Dans le prochain Devlog nous continuerons sur le sujet avec la Supériorité Aérienne.

À la prochaine !

pbpb