Fields of History: The Great War  : Devlog #15 – Die Kaiserliche Marine

Voici le carnet sur la Kaiserliche Marine, le quinzième carnet de Fields of History: The Great War, le jeu de grande stratégie sur la première guerre mondiale développé par Wolferos.

Bonjour à tous et bienvenue dans ce quinzième Devlog. Après avoir parlé de la Royal Navy, le sujet d’aujourd’hui porte sur la marine de l’Empire Allemand, la Kaiserliche Marine. Sans plus tarder, entrons dans son histoire afin de mieux comprendre la situation dans laquelle elle se trouvait au début de la guerre.

Malgré une longue histoire politique, une marine forte a toujours fait défaut aux Allemands (en partie à cause de l’unification tardive de l’Allemagne) mais les enjeux stratégiques étaient bel et bien présents pour le contrôle de la Mer Baltique.

À l’époque des tribus, des clans et des royaumes barbares, les historiens ont rapporté que les Allemands utilisaient principalement des navires de transport reconvertis pour mener des raids sur des villes côtières afin d’obtenir des ressources et des esclaves. Ils s’en tenaient pour la plupart à la guerre au sol et ce alors même qu’un royaume barbare aurait pu avoir la capacité de constituer une flotte importante (comme les royaumes Wisigoths ou Ostrogoths). Cette situation fut plus tard la même pour les États allemands qui se modernisaient progressivement après la chute de l’Empire Romain d’Occident.

L’Empire de Charlemagne conservait une marine fluviale mais ne disposait pas d’une marine de haute-mer. Une tendance largement poursuivie par le Saint-Empire Romain Germanique surtout lorsqu’il fut très centralisé. La seule bataille navale significative de l’Empire durant cette période fut celle de la bataille de Giglio avec la marine normande de Sicile. Il faudra cependant attendre la décentralisation qui s’ensuivit pour apercevoir les premiers signes de rupture avec cette tendance.

La Ligue hanséatique opta pour une marine devant fonctionner comme une seule entité. C’était la première fois que des Allemands avaient une marine permanente. Cette nouvelle flotte, petite par sa taille, était pour autant très novatrice dans ses conceptions d’armes et de canons (qui seront d’ailleurs imités par toutes les puissances navales européennes de l’époque). Cette flotte fut la première à mettre en place un véritable blocus et fut également la première à effectuer des bombardements côtiers de manière efficace. De la fin du 14e siècle au début du 16e siècle, la flotte de la Ligue a été la plus importante des mers du Nord et de la Baltique, remportant régulièrement des victoires face à des puissances navales supérieures comme celles de l’Angleterre et de l’Union de Kalmar. Cette période s’achèvera à l’époque de la féodalité des comtes danois, où le soutien désastreux de la Ligue hanséatique aux puissances catholiques conduira à des défaites majeures au cours des batailles de Bornholm et de Little Belt, mettant un terme aux ambitions de la Ligue.

Lorsque les membres de la Maison de Hohenzollern héritèrent de la Prusse, ils prirent le contrôle de la flotte avec enthousiasme, créant non seulement une flotte modeste, mais aussi un empire colonial. Cependant, suite à la proclamation de la Prusse comme un État unifié en 1701, la flotte fut laissée à l’abandon car les Prussiens pensaient que les Hollandais et les Britanniques leur apporteraient un soutien naval en cas de guerre. Ils paieront très cher cette erreur d’appréciation lors de la première guerre de Schleswig.

La capacité du Danemark à maintenir un blocus tout en empêchant le passage des troupes prussiennes vers le Sjælland permit de contraindre diplomatiquement la Prusse à un retrait tout en offrant aux Danois des conditions plus que favorables. Suite à cela, le Parlement de Francfort, qui voulait unifier l’Allemagne, demanda la création d’une nouvelle flotte allemande. Le prince Adalbert de Prusse, père de la marine allemande moderne, fut chargé de faire de cette idée une réalité.

Les idées d’Adalbert furent acceptées avec scepticisme par son frère aîné, le roi Friedrich Wilhelm IV. L’achat de la baie de Jade (qui deviendra plus tard Wilhelmshaven) donna à la Prusse les installations nécessaires pour créer une flotte suffisamment importante. De plus, la prise du Holstein pendant la seconde guerre de Schleswig allait s’avérer être un lieu idéal pour les constructions navales allemandes. La création du Germaniawerft donna aux marines de la Confédération de l’Allemagne du Nord, puis de l’Empire Allemand, deux avantages majeurs : l’innovation et la rapidité de construction.

Jusqu’au début de la Grande Guerre, l’Empire Allemand utilisera sa flotte comme un moyen d’exercer sa puissance dans le monde entier. La plupart des navires allemands étaient alors de conception novatrice et avant-gardiste, en particulier les destroyers et croiseurs légers qui étaient considérés comme les meilleurs au monde. Il ne faut pas non plus oublier les sous-marins allemands dont les capacités étaient pratiquement inconnues des Britanniques et des Français.

Pendant la Première Guerre mondiale et contrairement à ce que Friedrich von Ingenohl avait espéré, la Hochseeflotte n’a pas vraiment pu prendre part à des batailles décisives, à l’exception de celles de Dogger Bank et de Gotland en 1915 et bien sûr de celle du Jutland en 1917. La Kaiserliche Marine passa une grande partie de la guerre dans les ports tandis que les U-Boots tentaient d’influencer du mieux qu’ils pouvaient la guerre. La supériorité numérique britannique s’est avérée trop importante pour la flotte Impériale, situation faisant echo au cauchemar qu’avait été la première guerre de Schleswig. Certains pensent que la marine allemande n’avait aucune chance face à la Royal Navy mais d’autres estiment que c’était surtout la faute de l’Amirauté allemande, le plus simple pour trancher ce débat sera de refaire l’histoire dans Fields of History !

Que ce soit pour la Kaiserliche Marine ou pour toute autre marine, nous avons procédé exactement de la même manière que pour la Royal Navy. En nous basant sur les archives nationales et de nombreuses sources, nous avons reconstituée aussi fidèlement que possible la marine allemande. Comme d’habitude, vous pourrez réorganiser votre marine comme bon vous semble et vous retrouverez pour chacune, la même structure organisationnelle (Half-Flotillas, Flotillas, Squadrons et Grand Squadrons) que nous vous avions présenté dans notre précédent Devlog.

La volonté allemande ne se limitait pas uniquement qu’à rivaliser avec la Grand Fleet de la Royal Navy. L’Empereur voulait également que la Kaiserliche Marine étende son influence dans les colonies. La plus importante des forces navales non européennes des Allemands était sans aucun doute l’Escadre d’Extrême-Orient dirigé par le Vizeadmiral Maximilian von Spee, qui, dès le début de la guerre, a réussi à obtenir plusieurs succès en appliquant la guerre de course.

Carte postale montrant le SMS Deutschland aux côtés du SMS Gefion avec le portrait du Prinz Heinrich von Preußen

Cependant, l’Escadre d’Extrême-Orient fut rapidement menacé par les marines australienne et britannique et l’entrée du Japon dans la guerre aux côtés de la Grande-Bretagne mettra fin aux ambitions allemandes dans le Pacifique. En conséquence, von Spee ne pu empêcher la reddition allemande à Tsingtau le 7 novembre 1914.

Vous pouvez voir ci-dessus un résumé de la Kaiserliche Marine dans le Naval Overview. Bien qu’elle soit numériquement inférieure à sa rivale, elle possède de nombreuses unités navales qui vous permettront de garder le contrôle de la Baltique. De plus, en raison de son programme d’armement naval, l’Empire Allemand a également de nombreux navires en construction qui seront les bienvenus pour renforcer vos flottes.

Contrairement aux britanniques qui seront contraints de répartir leurs navires afin de protéger leurs lignes de ravitaillement, vous pourrez opter pour différents choix. Vous pourrez par exemple protéger vos possessions coloniales ou ramener toute votre marine en Allemagne afin de dominer la Baltique, ce qui vous permettra de profiter de vos nombreux ports et chantiers navals pour approvisionner ou réparer vos navires.
Comme l’a dit Winston Churchill (lorsqu’il était le First Sea Lord de la Royal Navy) la marine allemande est un « luxe ». Il ne tiendra donc qu’à vous d’imposer votre domination pour lui prouver le contraire. Une tâche qui sera compliquée mais pas impossible.

Après vous avoir présenté la Kaiserliche Marine et son organisation, nous ne pouvions résister à l’envie de vous donner un aperçu du menu de construction des unités navales dans Fields of History.

Parmi les navires en construction que vous pouvez voir se trouvent trois Dreadnoughts, le SMS Großer Kurfürst, le SMS Bayern et son sister-ship le SMS Baden ainsi que le croiseur léger SMS Graudenz qui fut d’ailleurs cédé à l’Italie après la Guerre en guise de réparation et commissionné par la suite dans la Regia Marina sous le nom de Ancona.

Lors de leur mise en service dans la Hochseeflotte, le SMS Baden et le SMS Bayern faisaient figures de véritables mastodontes. De ces deux imposants Super-Dreadnought, le SMS Baden, sous le commandement du Konteradmiral Franz von Hipper, fut désigné vaisseau amiral de la Kaiserliche Marine (remplaçant le SMS Friedrich der Grosse dans ce rôle) jusqu’à la fin de la guerre.

Afin de pouvoir aller plus en détails, nous vous expliquerons la construction des navires dans notre prochain Devlog.

Nous tenons également à remercier, comme pour la Royal Navy, les personnes qui ont méticuleusement rassemblé de nombreuses informations sur les marines du monde entier et plus particulièrement sur la marine allemande. Si vous souhaitez plus d’informations, nous vous recommandons de visiter les sites web suivants :

Ce Devlog touche à sa fin, nous espérons que vous l’avez apprécié et que vous en avez appris davantage sur la situation et les enjeux maritimes de l’époque. Comme nous l’avons dit précédemment, le prochain Devlog portera sur la production navale des navires.
En attendant et malgré tout ce qui se passe avec le coronavirus nous continuions de travailler, en espérant que de votre de côté la situation ne soit pas trop compliquée à vivre et surtout qu’aucun de vos proches n’est malade. Prenez bien soin de vous et de votre famille. Auf Wiedersehen !

pbpb