Crusader Kings 2  : Dev Diary 106 – Carnet du 26 octobre 2018

Crusader Kings 2 : bannière

par Silfae

Salut tout le monde.

Bon, du coup cela va être un long carnet…

Le vieux système de succession a eu un successeur

Donc votre cousin le duc de Bourgogne semble toujours nommer Stéphane « l’ivrogne » en tant que prochain empereur du royaume plutôt que votre fils favori intelligent et attirant. Ceci a été un fil rouge pendant de nombreuses de nos parties aussi longtemps que nous avions la loi de succession élective pour l’un de nos titres principaux. L’un des plus gros problèmes avec ce fonctionnement est que les raisonnements des autres électeurs pour leurs décisions de nomination ont été cachés dans une boîte opaque qui fait que vous ne savez jamais quels électeurs qui peuvent être influencés pour qu’ils voient les choses d’une façon plus proche de la votre.

Ceci était l’un des premiers problèmes que nous voulions résoudre quand nous avons décidé de retravailler le système de succession électif. Donc à la place de seulement vous donner une liste de noms dans les info-bulles pour les votes en faveur d’un candidat donné nous avons créé une interface spécifique qui nous permet de vous donner une vue plus détaillée de ce qui se passe dans la tête des puissants électeurs du royaume.

Succession Laws0.PNG

Après qu’il soit possible de mieux comprendre pourquoi les électeurs prenaient leurs décisions nous voulions rendre plus facile d’éditer plus profondément les facteurs sous-jacents qui dirigent l’IA. Par conséquent nous avons décidé de reproduire l’ancienne logique avec des conditions codées en dur pour à la place se base sur un système scripté qui détermine comment les différentes règles de la succession élective fonctionnent.

Ceci permet non seulement de modifier la loi de succession élective, nous vous permettons désormais aussi de créer autant de règles de succession que vous voulez, pour remplir le monde de différents électorats qui fonctionnent selon leurs critères. Peut-être que vous avez toujours voulu créer votre propre république technocratique qui est gouvernée seulement par les personnages les plus érudits du royaume. Le royaume de la fête pourrait seulement permettre aux ivrognes et hédonistes d’avoir leur mot à dire au sujet de qui sera l’hôte de la fête de cette année.

Voici ci-dessous, pour ceux d’entre vous qui sont plus intéressés à savoir comment cela est plus exactement modifiable, un court résumé de la syntaxe utilisée pour définir les règles électives :

### Condensed syntax layout:

#<elective_law_type> = {

#    candidate_vote_score = {

#        <Weight Modifiers>

#    }

#    elector_selection = {

#        max_amount = <int>

#        <Weight Modifiers> - if max_amount is set it will pick the X amount of top scorers.

#                Negative scores are considered invalid electors - Ruler is always an elector

#    }

#    elector_vote_strength = {

#        <Weight Modifiers>

#    }

#    elector_stances = { - Intended for the elder council positions

#        <stance_name> = {

#            icon = <int>

#            <Weight Modifiers>

#        }

#    }

#    candidate_trigger = {

#        <trigger>

#    }

#}


# <Weight Modifiers> - denotes a field of an arbitrary amount of triggered value modifiers eg.

#    additive_modifier = {

#        value = -4

#        is_tribal = yes

#    }

#

# <trigger> - denotes a field of conditions that needs to be evaluate true for the trigger to be fulfilled

#

# The elector will vote for the candidate with the highest score given by candidate_vote_score

# The electors are selected from the pool of characters which get a non-negative elector_selection score until we reach the max_amount

# elector_vote_strength will determine how much weight the vote of a single elector carries

# The elector will use the elector_stance with the highest score if any are scripted

# The stances are thought to be some kind of common thought process or allegiance for a subgroup of the electors - This system is used to create the different states for how the Elders will behave in the Eldership succession law explained in detail below

En plus de ces changements sous-jacents du code des formes de succession électives nous avons aussi ajouté une autre utilisation des faveurs de Conclave pour vous permettre à présent de forcer les électeurs à voter en conformité avec votre vote pour la succession d’un titre.

Lois électives retravaillées

La suppression du code en dur pour les successions électives nous a permis de complètement réécrire le comportement de l’IA pour les lois électives existantes accessibles à travers le jeu de base (succession élective féodale, partage salique électif, tanistrie). Les différentes conditions pour être éligible en tant que successeur ou électeur sous ces lois sont demeurés inchangées (cependant elles ont été ajoutées au script modifiable), tandis que le comportement électoral de l’IA a été réécrit en une longue liste de modificateurs nuancés. Vous pouvez désormais vous attendre à ce que les électeurs prennent en compte combien ils apprécient un candidat, à quel point ils considèrent sa revendication sur le titre légitime, et à quel point ils font confiance au dirigeant qui vote pour le candidat en question. L’âge, les titres, les traits de personnalité, la culture, la religion, les liens dynastiques et bien plus est maintenant pris en compte par l’IA et visible pour le joueur quand il utilise le nouvel onglet d’électeurs. La somme de tous ces modificateurs résultera en un score de vote, et le candidat potentiel avec le score de vote le plus élevé sera celui qui sera sélectionné par l’électeur en question (et puisque chaque électeur a une personnalité, un statut ou etc différent, les différents types d’électeurs vont préférer des différents types de candidats).

Succession Laws1.jpg

L’onglet des électeurs montre au joueur la liste complète d’électeurs qui votent, pour qui ils votent, les raisons pour lesquelles ils votent pour le personnage en question ainsi qu’une comparaison avec le score de candidat du candidat préféré du dirigeant et les raisons pour lesquelles ils ne votent pas pour lui.

Succession Laws2.jpg

Conseil des anciens

Plutôt semblable à la tanistrie, le conseil des anciens empêche à jamais un titre de passer en dehors de la famille d’un dirigeant, limitant le choix de candidats potentiels aux membres de la dynastie du dirigeant. Sous le conseil des anciens, seulement les six personnages les plus vieux et érudits du royaume vont être autorisés de choisir le successeur du dirigeant. Chaque ancien peut avoir une de ces trois positions à tout moment donné, en fonction de comment il se sent par rapport au dirigeant : mécontent, content, ou extatique.

En vous assurant que vos anciens ont une opinion élevée de vous, en leur attribuant leurs positions préférées au conseil (chancelier, intendant, chapelain), ou en répondant à leurs demandes, vous allez les pousser davantage vers le point de vue extatique.

20180824080508_1.jpg

Un ancien extatique va quasiment toujours voter pour le candidat sélectionné par le dirigeant, quasiment jamais faire de demandes, et même vous donner des conseils occasionnellement pour faire de vous une meilleure personne.

20180824080639_1.jpg

Des anciens contents essayeront de voter pour ce qu’ils considèrent être des candidats bons et compétents au sein des membres de vote dynastie, et favoriseront les candidats plus âgés avec un niveau d’intendance élevé. Ils peuvent occasionnellement faire quelques demandes, comme de demander au dirigeant de donner un peu de terres à un membre de la famille qu’ils apprécient vraiment, mais ils vont, dans l’ensemble, être des personnages raisonnables à gérer.

Par contre, les anciens mécontents seront beaucoup plus difficiles à gérer. Non seulement ils vont sélectionner des mauvais candidats délibérément, mais en plus ils vont de temps en temps donner des revendications sur votre titre à des personnages qu’ils apprécient, remettant ouvertement en question le droit de leur suzerain à régner.

20180824080819_1.jpg

Holy Fury permettra aux royaumes baltes et africains de commencer avec le conseil des anciens en tant que loi de succession par défaut, plutôt que le partage salique électif. De plus, d’autres païens peuvent débloquer ce type de succession en sélectionnant la bonne doctrine lorsqu’ils réforment leur religion.

Électif princier

Cette nouvelle variation de la succession élective a été scriptée pour remplacer la succession féodale élective pour le Saint-Empire romain germanique. Ce type de succession limite les électeurs à un maximum de sept (plus l’empereur au pouvoir) et fait en sorte que les titres historiquement détenus par les princes-électeurs sont priorisés lorsque les électeurs valables dans l’empire sont déterminés, ces titres étant les évêchés de Mainz, Köln et Trier, et les duchés de Bohême, Franconie, Saxe, et Brandebourg. Si un titre d’électeur n’existe pas ou est détenu par l’empereur, un autre duc valable va le remplacer (avec la priorité pour les vassaux de jure de la même religion que l’empereur dirigeant).

20180824081547_1.jpg

Les électeurs sous le type de succession élective princière sont dans l’ensemble beaucoup moins susceptibles de sélectionner des candidats qui sont soit impies soit d’une autre religion, et les électeurs catholiques théocratiques ont deux fois plus de poids de vote que les électeurs laïques quand l’empire est sous la loi d’investiture papale.

Tandis que les dirigeants du Saint-Empire romain germanique peuvent toujours changer la loi de succession du royaume comme d’habitude, la faction pour instaurer la succession élective a été rendue beaucoup plus facilement accessible et convenable pour les vassaux du SERG et les conditions pour remplacer cette loi de succession ont été rendues plus restrictives (le dirigeant doit avoir une centralisation maximale et soit une autorité royale absolue soit une puissance du conseil abolie).

Électif impérial

Et enfin, une loi de succession complètement nouvelle a été scriptée pour l’Empire byzantin (et romain), afin de mieux représenter les politiques particulières de ce royaume. Ce type de succession a été lié aux deux titres et est désormais aussi la *seule* loi de succession qui leur est disponible. Il y a plusieurs fonctionnalités qui sont particulières à cette loi de succession, donc je vais l’expliquer dans plusieurs rubriques :

20180824081910_1.jpg

Successeurs : Les candidats potentiels sous la succession élective impériale comprennent les enfants de l’empereur et membres de la famille proche (femmes comprises), tout prétendants au titre, le maréchal actuel, et tout commandant sous l’empereur, à l’exception des personnages mutilés qui sont exclus. Ceci pour représenter l’influence du militaire sur Byzance et de permettre plus de cas historiques de commandants influents qui deviennent des empereurs.

Cour impériale : L’empereur, et tous ses conseillers, et tous ses commandants sont des électeurs valables. Étant donné que Byzance était une puissance centralisée, l’empereur va devoir se faire bien voir par les membres les plus puissants de sa cour pour s’assurer que sa dynastie continue de conserver le trône, plutôt que ses vassaux comme c’est le cas pour un dirigeant féodal.

Puissance de vote graduée : Et c’est ici que les choses deviennent vraiment intéressantes. La succession impériale élective utilise pleinement la nouvelle fonctionnalité voter_power de l’électif scripté, assurant que chaque électeur a un nombre différent d’influence, entièrement en fonction de son statut à la cour et ses attributs. Le vote de l’empereur débute avec une force de vote de 200, qui peut être augmentée davantage par des scores élevés de diplomatie et martial, ce qui fait qu’un empereur puissant et influent va pouvoir placer le candidat qu’il veut sur le trône même si la plupart de la cour est opposée. À l’inverse, si l’empereur n’est pas né dans la pourpre, est déformé ou infirme, ou s’il s’est fait une réputation de nommer des flagorneurs dans sa cour (plus à ce sujet en-dessous), il verra sa puissance de vote s’effondrer. Les autres électeurs ont leur propre puissance de vote variable, liée au prestige, au rang et aux attributs (un intendant avec une intendance élevée est plus influent qu’un intendant incompétent). De ce fait, de nommer des personnages compétents en tant que conseillers et commandants ne signifie pas non seulement que votre fils préféré va devoir entrer en compétition avec les candidats plus compétents et convenables, mais aussi que les électeurs auront une influence plus importante sur la succession. Finalement, les titres honorifiques peuvent aussi influencer la puissance de vote d’un personnage, donc vous allez vouloir réfléchir un peu plus avant de distribuer vos positions de césar et de sébastocrate.

20180824082114_1.jpg

Héros et flagorneurs : Bélisaire est-il un commandant trop populaire pour que vos fils puissent le concurrencer ? Vous pouvez toujours le libérer : retirez son statut de commandant et il ne va plus être un candidat potentiel ou un électeur, problème résolu. Sauf… que quand vous êtes sous la succession élective impériale, d’enlever un commandant ou un conseiller compétent de sa position réduit la puissance de vote de l’empereur d’un nombre proportionnel à la compétence du personnage que vous enlevez. Plus de personnages compétents que l’empereur pousse en dehors de sa cour, moins son vote vaudra en tout. La même chose s’applique lorsqu’un empereur appointe un commandant ou un conseiller avec un score de martial faible alors qu’il y a manifestement des meilleurs choix disponibles : la cour va remarquer que vous nommez des flagorneurs médiocres et vous allez voir votre puissance de vote baisser. De plus, la succession élective impériale empêche l’empereur de nommer des commandants sans terres tant qu’il y a des vassaux potentiels disponibles pour occuper la fonction. Si vous voulez qu’un courtisan avec un martial élevé mène vos armées, vous allez d’abord devoir lui accorder un titre approprié.

Prestige et âgisme : Ceci n’est pas la succession féodale élective, l’empire ne se préoccupe pas autant des liens familiaux et des traits des personnages, il se préoccupe de placer un dirigeant compétent et prestigieux sur le trône. Pour l’Empire byzantin, ceci se traduit par la tendance qu’ont les électeurs à favoriser les personnages avec des compétences d’intrigue élevées, tandis que les électeurs de l’Empire romain préfèrent plutôt les bons orateurs (diplomatie élevée). Dans les deux empires, les électeurs favoriseront toujours les personnages qui sont compétents dans leur fonction, qui ont un prestige élevé et des titres (à la fois honorifiques et fonciers). Une des conséquences les plus visibles de cela est que presque personne sous la succession élective impériale va considérer qu’un enfant est un successeur pour le trône valable. Si vous voulez que votre fils vous succède, vous allez devoir le préparer d’abord, attendre qu’il devienne adulte, et puis ensuite pousser sa candidature pour diriger votre empire, peut-être en lui accordant quelques titres honorifiques et fonciers au fil du temps. Tant qu’il est seulement un bambin, il se peut qu’il soit plus raisonnable pour vous de nominer votre frère cadet, ou votre vieil oncle en tant que votre héritier préféré, au cas où quelque chose arriverait avant que votre petit prince devienne majeur…

20180824082155_1.jpg

Duel de revendication forte

Quelque peu en lien avec toutes ces nouvelles formes de successions, nous avons aussi ajouté un nouveau type de duel conçu pour permettre aux joueurs de garder leur royaume unifié après une succession de partage salique électif. Ce duel de revendication forte est disponible indépendamment de si vous avez le focus de guerre actif, ou si vous êtes membre d’une loge de guerriers (ce qui est sinon requis pour des duels habituels). En tant que personnage tribal, avec une revendication forte sur un titre détenu actuellement par un dirigeant tribal, il sera possible de défier le détenteur actuel du titre, avec les prérequis que le dirigeant que vous ciblez soit soit indépendant, soit que vous soyez tous les deux vassaux du même seigneur. Gardez à l’esprit que la mise dans ces duels est élevée, et de perdre ne signifie pas seulement que vous abandonnez vos revendications – sauf si vous avez un opposant particulièrement gentil, qui vous aime de tout son cœur, la mort est la façon ordinaire de sortir de ce conflit. De gagner, par contre, signifie que vous prenez le titre en question et tous les vassaux qui l’accompagnent, ainsi que tout autre titre qu’il détient sur lequel vous avez une revendication forte.

Si par hasard la cible de votre duel de revendication est un personnage IA de votre propre dynastie, de perdre présentera deux choix pour les joueurs : accepter votre sort, ou de cliquer sur l’option de prendre le relais avec le personnage qui a remporté le duel, et continuer de jouer la partie en incarnant le parent (ou la parente) qui vous a battu.

Succession Laws3.jpg
2 commentaires

Des changements intéressants, mais dommage que ça ne concerne pas les républiques marchandes.

L'Empire Byzantin risque d'être compliqué à gouverner.

Ce patch et ce DLC sont vraiment les bienvenus.

Ces améliorations pour le système électif sont bonnes mais le plus génial c'est que tout cela soit moddable.

Les moddeurs vont se faire plaisir et du coup cela pourra concerner les républiques.

Même le développeur a des idées là dessus

Citation

Peut-être que vous avez toujours voulu créer votre propre république technocratique qui est gouvernée seulement par les personnages les plus érudits du royaume.
Le royaume de la fête pourrait seulement permettre aux ivrognes et hédonistes d’avoir leur mot à dire au sujet de qui sera le hôte de la fête de cette année.