Système TeamSpeak du Réseau Jeux-Strategie.com Abonnez-vous à nos flux RSS Mur du Réseau Jeux-Strategie.com
 
- Le NetMagazine des jeux video de stratégie 

Crusader Kings

Créé le : 6/7/2004
Edition du : 6/7/2004
Auteur : Namspopof

Article écrit et rédigé par Leaz

    Ah.. Crusader Kings, le Roi des Croisades .. Les Croisades, le sable chaud du bord de la méditerranée, les combats en armure lourde sous un soleil de plomb, quelle belle époque où la durée de vie n’excédait pas 50 ans pour les plus vieux. Mais Crusader Kings, avant d’être Richard Cœur de Lion, c’est surtout le nouveau jeu de Paradox, dernier né de la gamme, après Europa Universalis 1& 2, Hearts of Iron, et le très critiqué Victoria, voilà donc Crusader Kings !

   Ce nouvel épisode nous propulsera en l’an 1066, pour arriver jusqu’en 1453. Les férus d’Histoire remarqueront d’entrée que ces deux dates n’ont pas était prise au hasard. 1066, c’est la fameuse bataille de Hasting qui marqua un tournant décisif pour le futur de l’Angleterre. 1453, c’est la chute de Byzance, la fin de l’Empire Romain d’Orient .. Mais attention, ce nouvel opus est sensiblement différent de ceux auxquels Paradox nous avait habitués. Certes, le moteur de jeu reste le même, les graphiques d’un autre âge sont toujours là.. Mais le jeu en lui-même est totalement différent.. La zone d'opération sera limitée à l’Europe et le bassin méditerranéen, la carte ira donc de l’Islande à l’Oural et des Iles Canaries à la Perse.

   Le but du jeu comme dans tout les jeux Paradox sera d’atteindre la fin du scénario en ayant le plus de point, ceci dit, atteindre la fin du jeu est déjà un objectif ambitieux !

Mais comment cela peut-il bien marcher ?

   Vous venez d’acheter votre jeu, tout content vous l’installer, vous le lancer, tout de suite les habitués reconnaîtront le menu principal identique aux précédents opus .. Mais une surprise les attend à la sélection du scénario.

   Une des grandes nouveautés de Ck ce situe dans le choix du pays. En effet, exit les grand pays unifiés, ici, place aux royaumes composés d’une multitude de souverains. Les habitués de EU2 me répondront que ces derniers ne joueront qu’un rôle mineur et qu’ils se feront tôt ou tard annexer par les grands et bien non, pas dans Ck. Certes les royaumes seront toujours présents, mais ceux-ci ne seront plus « unifié » sous une même bannière. Ils seront découpés entre différents duchés qui eux-mêmes auront le loisir de découper leurs propres terres en comtés, le tout relié par un système de vassalités. Ainsi le Roi est au-dessus de tout le monde, ne pourra être le vassal de personne, mais pour avoir des ducs et des comtes comme vassaux, le duc lui ne pourra pas être vassal d’un autre duc, mais pour vassaliser les comte, et les comte ce retrouveront en bas du système féodale, vassaux des duc qui eux même sont généralement vassaux d’un Roi..

En vert foncé, c’est le domaine personnel, le vert plus clair représente les terres des vassaux directs, le vert un peu plus foncé (comme Northampton sur cette carte) représente les vassaux de vos vassaux !

   Mais comment cela marche t-il concrètement et quel est l’intérêt d’un tel système ? C'est avant tout de coller à la période, en effet au moyen-âge les royaumes n’étaient pas de grands ensembles étatisés comme nous nous représentons un pays de nos jours, ils étaient divisés entre duc, comte, vicomte, etc.

   Concrètement il sera donné au joueur la liberté de choisir entre incarner un duc, un roi, ou un comte, selon les ambitions de chacun. Car c’est une autre nouveauté de Ck, désormais posséder un grand domaine personnel (comprendre par là qu’au lieu de redistribuer des terres à vos vassaux vous les gardait pour vous-même) sera pénalisé plus sévèrement suivant votre titre. Un roi pourra donc posséder un plus grand domaine personnel qu’un duc, le comte lui sera toujours limité à une seule province, sous peine d’avoir de grosses pénalités. Celles-ci se traduiront par une baisse des revenus, ainsi si vous avez le droit à 10 provinces personnelles et que vous en compter 15, la pénalité sera de 50%, les rentrés d’or le ressentiront fortement..

Economie, armée, diplomatie.

   En parlant d’or, comment l’aspect économique est-il abordé dans Ck ? Ck se démarque des autres opus par une économie ultra simpliste, exit les Pop de Victoria, exit aussi la notion de commerce présente dans Europa Universalis. Ici seules les provinces vous rapporteront de l’argent, qui servira a construire des améliorations dans une province, un château-fort plus grand afin de mieux résister au siège, une lice pour votre chevalerie qui pourra ce renouveler plus rapidement, un port de pêche afin d’améliorer vos revenus, etc. L’argent attirera donc l’argent, car, plus vous aurez de moyens, plus les bâtiments que vous aurez l’occasion de construire vous apporteront des avantages financiers ou autres ..

   Et l’armée ? Me demanderont les plus impatients. Et bien ici, encore un concept nouveau, celle-ci se recrutera désormais « automatiquement ». En effet chaque province disposera d’un « ost » (une armée) d’une taille maximum suivant la richesse de la province. Cet ost sera composée d’hommes d’armes, d’archers, de chevaliers, de piquiers, de simple paysans armés de fourches, etc. La composition de l’host d’une province ce fera en fonction de certains paramètres : chaque province disposera de 4 curseurs représentant 4 ordres, la paysannerie des campagnes, la bourgeoisie de la ville, l’église et enfin les nobles. Selon que vous privilégiez certains ordres la composition de votre ost s’en verra modifié, une province où les nobles auront énormément de droits se verra composée de troupes lourdes, de chevaliers, d’hommes d’armes fortement armés et résistants, mais peu nombreux. A l’instar dans une province où les paysans jouissent d’une certaine liberté, l’ost se verra majoritairement composé de paysans faiblement armés, voir des hommes d’armes en armure très légère. Sur le terrain ils ne seront pas forcement aussi efficaces que les chevaliers mais ils seront terriblement plus nombreux.. Ainsi en fonction de vos choix vos osts seront nombreux mais faiblement armés, privilégiant ainsi un renouvellement rapide des troupes ou plutôt de bonne qualité mais peu nombreuse, mettant de très nombreuses années avant de pouvoir reconstituer un ost décimé ..

 

   Les osts seront donc vos forces armées en cas de guerre, mais ici la guerre peut être très dangereuse, car une fois tout vos osts levés, il ne vous restera aucune troupe de disponible et ce jusqu'à ce que vous démobilisiez vos osts. Ainsi si vos armées se font totalement décimées, vous vous retrouverez sans aucunes troupes pour vous défendre, la guerre est donc très dangereuse !

   Par ailleurs la confiance d’un ordre baissera lorsque vous privilégierez un autre ordre à son insu. La confiance remontera petit à petit, mais vous pouvez l’aider en baissant les impôts d’une classe dans l’écran concernant les impôts. Sur cet écran vous pourrez changer les impôts des différentes classes, mais aussi les impôts de vos vassaux, modifiant ainsi leurs loyautés et leurs capacités a avoir un ost plus ou moins gros, que vous pourrez lever en cas de guerre. Enfin vous pourrez également faire des dons a l’église ce qui augmentera votre piété.

   La diplomatie n’est pas oubliée dans Ck. Il sera possible de faire des alliances (n’oubliez pas de patcher le jeu car les alliances ne sont pas présentes dans la version disponible dans les magasins .. !). Mais aussi des mariages entre différentes personnes, membres de votre cour ou même de votre famille et c’est là la seconde grande nouveauté de Ck ..

Je suis le neveu de votre cousin par alliance, par conséquent je revendique la succession au trône..

   Une des grandes nouveautés de Ck est donc le fait que des « personnages » sont présents dans le jeu, je m’explique.

   Lorsque vous lancez une partie, vous allez apercevoir que la tête de votre Roi/Duc/Comte est représentée en haut a droite de l’écran. Intrigué, vous cliquez dessus est là.. Surprise ! Désormais vous incarnez un personnage dans le jeu. Celui-ci est caractérisé par différents aspects.

   Premièrement, chaque personnage aura des caractéristiques propres, celles-ci étant aux nombres de 4 :

  • Les capacités martiales qui seront le reflet de l’habilité militaire du personnage.
  • Les capacités diplomatiques qui détermineront votre habilité à vous faire respecter par vos vassaux et par les royaumes voisins.
  • Les capacités d’intrigues, qui représenteront la faculté du personnage a décelé et a préparé des intrigues comme les assassinats..
  • Les capacités d’intendance qui montreront l’habilité du personnage à gérer efficacement son argent.

   Vous l’aurez compris, chaque caractéristique est aussi importante l’une que l’autre et des personnages bon dans toutes les caractéristiques seront très rare. Ainsi, pour aider un souverain dans son entreprise, il pourra nommer des gens de sa cour a différents postes, Commandant des armées pour ceux qui ont de bonnes capacités martiales, Chancelier pour les fins diplomates, Maître-espion pour les experts en intrigues et enfin Régisseur pour les économistes talentueux.

   Les talents de vos conseillers et ceux de votre souverain seront donc additionnés. Suivant le chiffre obtenu, vous générerez par exemple plus de revenus si vous êtes un talentueux économiste qui de plus est épaulé par un excellent régisseur, vos troupes se recruteront plus vite et présenteront de meilleures aptitudes au combat si vos capacités martiales sont hautes, etc.

   Deuxièmement chaque personnage sera aussi caractérisé par des traits propres, ces traits sont très divers. Ainsi vous pourrez être cruel, clément, avare, généreux, chanceux, chaste, sobre, miséricordieux, etc. Les maladies sont aussi simulées, allant du ver solitaire a la folie complète en passant par des déformations physiques tel que bossu..

   En terme de jeu, ces traits auront une répercussion sur votre espérance de vie, vos rapports avec les autres personnages, votre capacité a avoir une descendance nombreuse ou pas.. Et oui, car votre souverain ne sera pas immortel et il vous faudra donc assurer sa descendance et donc trouver une bonne épouse, mais qui accepterez de se marier avec un mari bossu, cruel et fou ? Hors, sans successeurs appartenant à votre lignée, c’est le game over..

Voilà à quoi ressemble une fiche de personnage, les différentes caractéristiques ainsi que les traits des personnages sont indiqués dans la partie supérieure, la partie inférieure étant réservée à la vue de la famille, des vassaux et du suzerains.

   Mais en plus de cela il vous faudra vous assurer que votre successeur ne sera pas un larbin influençable, ou un militaire ne sachant pas manier l’épée.. (Traduire par là, possédant des caractéristiques pas trop mauvaises) et donc avant tout, il faudra choisir une femme assez compétente pouvant transmettre a vos enfants certaines de ses caractéristiques, car, oui, l’ADN est gérés dans Ck, les parents transmettront leurs traits de caractères à leurs descendances ..

   Ca y est, votre enfant vient enfin de naître, c’est la fête au château .. Mais votre boulot n’est pas fini ! Car il vous faudra ensuite choisir l’éducation de votre enfant, parmi les 3 choix disponibles, une éducation militaire, religieuse, ou a la cour. Suivant ces 3 choix l’enfant héritera, une fois son éducation fini de traits de caractères spéciaux qui influenceront vos caractéristiques. Ainsi un enfant ayant suivi une éducation militaire et étant devenu un tacticien hors pair, se verra attribué un bonus dans ses caractéristiques militaire non négligeable ! Il en va de même pour les autres caractéristiques, un enfant suivant une éducation à la cour pour devenir un espion, un diplomate ou un régisseur. Enfin les enfants ayant suivis une éducation religieuse se verront dotés de traits ayant rapport avec la religion, tel que « théologien érudit, prêtre combattant, etc. »

   Enfin, il sera possible par le biais de mariage d’hériter de terre. Par exemple un duc n’a qu’une seule fille, que vous marriez avec votre fils, celui-ci héritera donc des terres du duc à sa mort, en plus des vôtres lorsque vous mourrez (si évidemment c’est votre successeur désigné). Mais là où le jeu est particulièrement pervers c'est que les assassinats seront possible ! Votre enfant est deuxième dans la liste de succession ? Qu’à cela ne tienne, le blanc-bec qui lui usurpe sa place tombera malencontreusement d’un escalier glissant.. Les chances de réussite d’assassinat seront déterminées en fonction de votre caractéristique en intrigue. Mais, attention ! Si votre assassinat est découvert votre prestige et votre piété pourront en souffrir.. Prestige, piété ? Késaco ?

Prestige, piété, et autres ..

 

   Décidément ce jeu n’en finira pas avec les nouveautés, outre les différents points que nous avons vus plus haut il y a 2 nouveaux concepts fondamentaux à connaître, il s’agit du prestige et de la piété.

   Premièrement, le prestige. Le prestige dont le symbole dans le jeu sera une petite couronne, est ce qui vous permettra de vous faire respecter auprès de vos vassaux, ainsi un souverain prestigieux inspirera le respect chez ses vassaux, qui ne manqueront pas de le servir plutôt que de se rebeller contre lui. Mais le prestige ne sert pas seulement à cela. Il vous servira aussi à réclamer des titres, car désormais dans Ck, il vous faudra réclamer le titre d’un autre souverain avant de le lui réclamer et il va de soit que plus le titre est prestigieux (Duc, Roi.. Empereur ! ) plus le coût en prestige pour réclamer le titre est élevé .. Il existe deux alternatives à la réclamation pure et simple d’un titre : la première est « d’usurper » le titre, en fait vous ne lui usurpez par vraiment, vous le lui réclamer juste pour un coût moindre en prestige, mais certaines conditions sont à remplir pour usurper un titre. Prenons l’exemple du royaume de France : pour usurper le titre de Roi il vous faudra posséder 2/3 des comtés (chaque comté étant une province) du royaume afin de pouvoir et la règle est là même pour tout les titres, hors comte, ces derniers n’étant composé que d’une seule province il est difficile d’en posséder les 2/3 .. Autrement dit, usurper un petit titre de Duc où il ne vous faudra que 2/3 de 6 provinces ne semble pas être trop ambitieux, mais lorsqu’il s’agit de vouloir usurper le titre d’Empereur du Saint Empire Romain Germanique, avec plus de 70 provinces, le boulot devient tout de suite beaucoup plus dur.. La seconde alternative pour s’accaparer un titre est tout simplement de le créer, pour cela il faut évidemment que personne ne possède déjà le titre (ou déposséder de toute possessions le détenteur du titre..), et, à l’instar de l’usurpation il vous faudra posséder les 2/3 des provinces nécessaires. Ce système original permet de créer des titres qui ne sont pas présent au début du jeu, comme Roi de Bohème, Roi des Rùs, ou encore Duc du Languedoc. Vous l’aurez compris, beaucoup de titres sont « cachés » et ne sont possédés par personne au début du jeu.

 

   Et la piété me direz vous et bien la piété représente la ferveur religieuse de votre personnage, mais en terme de jeu elle vous permet surtout de faire baisser votre « Bad Boy » qui monte lorsque vous réclamez des titres à un autre souverain, ou lorsque vous dépossédez un de vos vassaux de ses terres.. Un Bad Boy élevé se traduira par une perte de loyauté des vassaux et donc d'une rébellion générale de ceux-ci. Autrement dit vous n’avez pas intérêt à avoir un Bad Boy trop élevé !

   La piété, elle, s’acquiert en faisant des dons a l’église, mais aussi lors d’event qui apparaisse, vous laissant des choix qui feront monter ou baisser votre piété, mais surtout elle apparaît lorsque que vous libérez les terre des infidèles..

Dieu est grand ! Mort aux infidèles !

   Vous l’aurez compris de par le titre du jeu, celui-ci se place dans la période des Croisades, la guerre contre les infidèles, musulmans dans le bassin méditerranéen, mais aussi païens sur les rivages de la mer baltique, vous permettra d’acquérir de nouvelles terres sans devoir les « réclamer » comme c’est le cas lorsque vous vous attaquez à un autre chrétien. Ici une fois que la guerre est déclaré, il vous suffit d’aller sur les terres que vous voulez, de l’assiéger etc.. La terre sera directement à vous, sans passer par des négociations de paix classique, mais attention ! Si ce concept marche dans un sens il marche dans l’autre aussi.. Et au début du jeu, lorsque les musulmans possèdent une grande avance technologique, croyez-moi il ne vaut mieux pas s’y frotter sous peine de ce retrouver sans terre !

   La guerre contre les infidèles ne vous coûtera pas de « Bad Boy » comme une guerre classique, elle vous rapportera même de la piété ! Le but ultime étant bien sûr de libérer Jérusalem, le jeu réserve d’ailleurs une petite surprise pour le saint homme qui libèrera Jérusalem..

Jérusalem aux mains des infidèles.. Gloire, prestige et piété sont promis a celui qui libèrera la sainte ville !

   Les croisades seront lancées par le Pape, leurs effets étant une perte de piété que vous devrez compenser en allant libérer des terres infidèles. Le nouveau Pape, lors de sa mort, sera choisi entre tout les évêques présents dans le jeux, ainsi si un membre de votre famille a reçu une éducation ecclésiastique il se peut qu’il devienne Pape un jour ! Parallèlement à la nomination du Pape, un « contrôleur » du Pape est choisi parmi les chrétiens ayant le plus de piété, le contrôleur aura le pouvoir d’excommunier un autre personnage, lui interdisant ainsi tout mariage.. Oui, cela sent à pleins nez les coups tordus pour empêcher l’autre d’avoir une succession.

   Au passage, un point regrettable est l’absence de flotte, tout les déplacements par mer se feront contre un payement en or. Mais une fois sur l’eau, il vous sera impossible d’intercepter une armée ennemie, ce qui est bien regrettable.

L’avance technologique, les lois et les event.

   Maintenant il va falloir aborder un autre aspect du jeu, l’avance technologique, oui, à l’instar des autres jeux Paradox elle sera simulée, mais là encore Ck innove, désormais le joueur ne pourra pas choisir quelle technologie il développera, il pourra juste « orienter » la recherche vers tel où tel avancée technologique. Une fois l’avancée découverte, là encore le jeu est original, tout votre royaume ne bénéficiera pas de la nouvelle technologie, cette dernière apparaîtra en premier sur votre capitale, puis, ce « propagera » indépendamment de votre volonté vers les comtés voisin. La construction de routes et de ports permettent d’accélérer le processus, la transmission est également possible entre royaume, ainsi si le royaume voisin est en avance sur vous il y a des chances pour que les technologies de ce dernier se « répande » dans vos propre terre.. La propagation sera d’autant plus rapide si les comtés vous appartiennent personnellement, un peu moins rapide si ce sont vos vassaux, encore un peu moins si les comtés voisins font partis de votre royaume mais que vous ne les contrôlez pas, toujours plus lentement entre deux royaumes et encore plus lentement si la technologie doit être transmise entre deux royaumes de religion différente.. A noter que différent axe de technologie sont disponible, la technologie militaire bien sur, mais aussi l’avènement de nouvelles coutumes et de nouveaux procédés technologiques comme l’assolement triennale, qui augmenteront vos revenus. Les technologies sont très variés.

 

   Les lois quant à elles sont de trois types, mais le plus intéressant étant les lois qui définissent la successions, allant des lois de primogéniture Salique, c'est-à-dire que c’est le fils le plus vieux qui héritera, aux lois de consanguinité semi-salique, ici c’est votre fils le plus fort, celui qui possède le plus de terre qui héritera et l’héritage pour se transmettre par les femmes, c'est-à-dire que si vous n’avez qu’une fille en successeur et qu’elle-même à un fils, c’est lui qui héritera, cela peut paraître compliqué, mais tout est bien expliqué dans le jeu.

   Le dernier point particulier du jeu est la nouveauté dans les event. Rappelons pour les non-habitués des titres Paradox qu’un event est un « évènement » apparaissant lorsque certaines conditions pour qu’il arrive sont réunies. Les autres titres de Paradox nous avaient habitué à des event « historiques » qui apportaient un réel plus aux jeu, car il vous permettait de mieux vous insérer dans le jeu, et de plus, pour ceux que l’Histoire intéresse un minimum, ils permettaient d’enrichir la culture personnelle ! Et bien dans Ck, exit les évènements historiques, remplacés par des évènements plus globaux, l’avantage étant que le jeu devient moins dirigiste. Par exemple il permet de ne plus avoir un event « déclin de la France » alors que la France possède la moitié de l’Europe ! Le désavantage étant que désormais les event sont les mêmes pour tout le monde et que pour l’instant ils ne sont pas assez nombreux, on se retrouve donc toujours avec les mêmes event ce qui devient lassant au bout d’un moment.

Conclusions

   Crusader Kings est un jeu innovant, cependant certaines choses peuvent venir gâcher le plaisir, ainsi il vous sera impossible de jouer les nations non chrétienne où orthodoxe, pouvoir jouer une république, tel que Venise ou Gênes sera aussi interdit, ce qui est vraiment regrettable !

   Un autre point noir soulevé est le fait que les parties peuvent se révélées longues et ennuyeuses au bout d’un certain temps. En effet même si les nouveautés apportent beaucoup de fraîcheur vous aurez vite fait de faire le tour et certains joueurs ce lasseront très vite.

   En résumé Ck est un jeu au concept nouveau, certains aimeront d’autres non, le meilleur étant de ce faire sa propre opinion en essayant le jeu !

Les points positifs :

  • L’aspect « jeu de rôle » du titre grâce a la gestion de votre personnage, de sa famille, de la cour, etc.
  • Le respect historique en imposant de « morceler » ces terres en plusieurs vassaux sous peine de recevoir un malus.
  • La création de titres qui ne sont pas présents en début de partie.
  • Une période de jeu très rare pour ce type de jeux.
  • Les event qui ne sont pas « dirigiste » et vous laisse une liberté d’actions appréciable.
  • Toutes les nouvelles idées qui font de ce titre un jeu original
  • .

Les points négatifs :

  • Une certaine impression de refaire toujours la même chose lors de nouvelle partie.
  • L’absence totale d’event « historique » cela laisse une plus grande marge de manœuvre mais cela peut être regrettable.
  • Des graphismes pas moche, mais d’un autre temps.
  • L’obligation de patcher le jeu pour pouvoir en profiter pleinement.
  • Problème de lag plus l’on avance dans le jeux.

Est-ce que cela tournera sur mon Pentium I, 133ghz ?!

   Du point de vue technique le jeu ce montre un peu plus gourmand que ses prédécesseurs, le gros problème venant du fait que plus on s’avance dans le jeu plus la sauvegarde s’alourdit, plus le jeu rame..

   Au point de vue du matos le jeu tournera sur Windows 98/ ME / 2000 / XP et il vous faudra un Pentium III 450 MHz et 128 Mb RAM pour pouvoir espérer jouer convenablement, le jeu prend 600Mb sur le disque dur, il vous faudra une carte graphique de 4 Mb minimum et compatible avec Direct X, votre carte son devra aussi être compatible Direct X (mais ne vous inquiétez pas à moins de posséder un Amstrad tout les ordinateurs possèdent les pré-requis).

Réseau Gamers et Stratégie. Association Loi 1901 à capacité juridique.
©1998-2017 Réseau Gamers et Stratégie - Tous droits réservés - Mentions légales