Système TeamSpeak du Réseau Jeux-Strategie.com Abonnez-vous à nos flux RSS Mur du Réseau Jeux-Strategie.com
 
- Le NetMagazine des jeux video de stratégie 

SpellForce

Créé le : 4/4/2004
Edition du : 4/4/2004
Auteur : Argasm

SpellForce, le test,

 

En lançant SpellForce l'objectif de Phenomic et Jowood était de mener le plus loin possible le mélange du JDR et du STR. Bien que l'idée de ce mélange ne sois pas nouvelle en elle même, elle s'est toujours plus ou moins limitée à un "héros" qui gagne des points d' expérience au fur et à mesure du jeu. SpellForce va t'il plus loin que ses prédécesseurs ? Plongeons nous dans le test...

 

 

I: Le héros en quête d'aventures....

   Mais quelle aventure? Commençons par expliquer un peut l'histoire dans laquelle nous allons évoluer. Il y a longtemps, treize mages formèrent un cercle pour mettre un terme au chaos qui régnait sur le monde. S'en suivit une ère de lumière. Mais les mages avaient un autre but: le Plan de 500 ans. C'était le temps qu'il fallait attendre pour que l'un d'entre eux lors du passage d'une comète, le Rôdeur des ténèbres, puisse être investit de toutes les puissances du monde. Malheureusement, la soif de pouvoir des mages prit le dessus et anéanti le cercle. Une guerre s'en suivit et lorsque le rôdeur des ténèbres apparut, les treize mages initièrent le rituel ce qui provoqua la dislocation du monde qui fut réduit en morceaux. Rohen l'un des mages écoeuré par toutes ces horreur à entreprit de reconstruire le monde. Parcourant ses fragment relies par des portails, il a fondé l'Ordre de l'Aube qui doit rassembler les restes épars de ce monde. Récemment Rohen est parti en quête de quelque chose, et a invoque le pouvoir de la rune, vous créant vous. Au début de votre aventure vous découvrez qu'un sorcier noir a tendu un piège à Rohen et vous mettez immédiatement en route...

 

SpellForce, un jeu de rôle...

  Comme dans tout bon JDR qui se respecte nous commençons par créer notre avatar. SpellForce utilise un système de compétences plutôt que de classes. C'est a dire qu'au lieu de choisir entre un guerrier ou un magicien, on vous laisse composer votre personnage en fonction de points à repartir dans diverses caractéristiques (force agilité intelligence etc) et compétences (magie, tir a l'arc, armes légères...). Le nombre de caractéristiques et de compétences est largement assez élevé pour permettre de faire progresser le personnage d'une manière qui convienne à vos aspirations et votre façon de jouer. Une fois votre apparence et votre première compétence choisi et les quelques points de compétences attribués, la partie en elle même démarre. Passé l'introduction qui vous explique l'histoire du monde, vous arrivez dans le tutoriel. Celui ci consiste en un parcours très linéaire ou vous sont expliquées par le menu toute les fonctions du jeu et la façon de les utiliser. Très long, le tutoriel souffre de défauts de traduction qui ne facilitent pas toujours l' apprentissage du jeu et peuvent parfois vous bloquer si vous n'arrivez pas a retrouver ce dont il est question. Pendant cette phase du jeu on ne joue pas encore son personnage mais celui prévu pour le tutoriel. Victorieux à la suite de la première étape de jeu, nous somme enfin prêt à nous immerger dans le jeu proprement dis avec notre personnage bien à nous et sans nous faire téléguider.

... de quêtes de dialogues et de marchands:

  A cote de la quête principale qui fera évoluer votre personnage d'île en île, chaque nouvelle carte vous fournira de nombreuses quêtes annexes à terminer. En général très classiques les quêtes vous permettent d'explorer la carte et de gagner or, matériel et expérience. Elles sont souvent relativement linéaires, mais ça n'est pas toujours le cas. Dans vos parcours, vous passerez de plaines verdoyantes à des chemins de montagnes désertiques, de petits villages à de grandes villes, le tout donnant un cote très vivant au jeu. Vous pourrez dialoguer avec certains personnages qui vous donnerons des informations ou vous demanderons de les aider. Les marchands vont vous fournir l'essentiel de votre matériel (armes et armures diverses, nouveaux sorts) et vous acheter ce que vous avez trouvé pendant vos aventures. Et, encore plus important, certains marchands vous vendrons des runes...

 

Premier résultat: Le monde de SpellForce est vaste, les décors riches et variés permettent une bonne immersion. Essentiellement basées sur des combats et de la récupération d'objets, les quêtes son agréables et remplissent bien leur fonctions en agrémentant le jeu et augmentant sa durée de vie. seul point noir, la partie JDR ne fonctionne qu'en mode solo...

 


II: Le héros en quête de batailles...

Guerrier des runes, lié aux runes:

  Les runes sont l'ossature de la partie STR de SpellForce. Pour chaque type de bâtiment, troupe, héros, ou artisanat que vous voudrez créer, il vous faudra la rune correspondante. Parallèlement aux runes il existe trois types monuments runiques distincts: les autels des âmes qui servent de système de teleportation et de résurrection pour votre avatar une fois activés. Les monuments des héros qui vous permettent d'invoquer les héros dont vous possédez la rune (maximum de 5 en même temps). Et les 6 monuments de race (un par race) qui vous permettent d'invoquer les artisans et les troupes de la race en question (humains pour le monument humains etc). Le système de rune permet de réguler la progression de votre personnage au niveau STR mais n'affecte absolument pas le mode multijoueur ou l'on peut construire tout les bâtiments directement. Plus vous utilisez le pouvoir des runes pour construire des troupes et bâtiments, plus la rune de votre avatar s' épuise et plus les créations d'unites et de batiments se font plus lent( elle se régénère lentement au fil du temp).

La gestion:

  La partie gestion de votre base est extrêmement classique dans l'ensemble. Vous commencez tout d'abord par créer des ouvrier qui pourrons aller récolter les premières ressources dont vous aurez besoin, (il y a 7 ressources différentes dans ce jeu, chaque race a des besoin spécifiques et aucune n'a besoin de toutes les ressources). Une fois ceci fait vous pourrez construire vos premiers bâtiments, le plus souvent des bâtiments permettant d' améliorer la récolte de ressources. Une fois ces bâtiments crées, on constate que les ouvriers se spécialisent en fonction de la tache qu'ils effectuaient. Par exemple si vous construisez une cabane de bûcherons, les ouvrier se chargeant de couper du bois irons a la cabane pour devenir des artisans, beaucoup plus efficaces dans leur tache. Certains bâtiments requièrent donc la présence d'un artisan pour pouvoir fonctionner -seul un ouvrier peut devenir un artisan-, il faut donc faire attention a la répartition des ouvriers/artisan, c'est meme un des points nevralgique de votre strategie. D'autant plus que le nombre d' artisans est limité; la limitation se fait en fonction d'une série de trois bâtiments, les quartiers généraux, il en existe trois modèles, petits moyen et grand ( valable toutes les races) chacun vous donnant accès à plus d'artisan et à de nouveaux bâtiments -et donc des nouvelles troupes-. Vous pouvez aussi y dépenser de la nourriture afin d'augmenter le nombre de troupes disponibles jusqu'a un maximum de 80. La gestion du vos ressources tient donc essentiellement au nombre d'artisans que vous pouvez avoir et bien sur aux ressources présentes. Les ressources, une fois épuisés régénèrent lentement.

Les combats et les batailles:

  Une fois qu'on a réunis assez de troupes il est temps d'aller attaquer l'ennemi. Chaque race dispose de huit unités différentes et d'un titan. Les différences entre les races sont très marquées au niveau militaire, certaines ne disposent d'aucun magicien ou d'unité de tir. La physique des terrains, souvent assez torturée donne lieu à des batailles intéressantes et a de nombreuses possibilites tactiques. La possibilité d'associer les différentes races (en mode solo) rend les choses encore plus intéressantes mais est limitée par la présence ou non des monuments adéquats. Les batailles deviennent facilement de belle ampleur et "colorées" pour peut que vous ayez les troupes adéquates mais dans l'ensemble la victoire militaire est essentiellement conditionnée par votre capacité à produire le plus de troupes possible le plus vite possible. Souvent les batailles ou il y a beaucoup de corps a corps deviennent assez fouilli et les armées étant homogènes au niveaux des couleurs il devient rapidement malaisé de distinguer ses différentes unités dans la mêlée. Un problème se pose régulièrement pendant les combats si vous utilisez votre avatar: il ne réagit pas du tout a la présence de troupes ennemies et vous devez continuellement lui donner des ordres si vous voulez qu'il attaques les troupes ennemies (ou les fuie). Il en va inversement pour les troupes régulières et les héros qui eux ont tendance à poursuivre les ennemis jusqu'a la mort de ceux-ci. Le système Click&Fight( voir plus bas ) et l'ordre CONTROL+deplacement (ordre qui dis a vos unités de se déplacer a un endroit tout en répondant aux éventuelles attaques ennemies) ne compensent pas totalement ses problèmes.

Note: le système Click&Fight,

  Brillante idée, le système Click&Fight(C&F) est la pour vous simplifier la vie. Prenons un exemple, une troupe de vilaines bêtes sanguinaires attaquent vos troupes, parmi elles se trouve un magicien qui les bombardes de boules de feu qui creusent des gros trous dans vos unités. Mettons que vous désiriez seulement lui jeter un sort de pétrification avec votre héros le temps de pouvoir parvenir jusqu'a lui. En temps normal vous devriez sélectionner votre héros, sélectionner le sort en question puis pointer le dis magicien, en espérant qu'il ne se trouve pas en plein au milieu de la mêlée... He bien avec le système C&F voici comment les choses se passent: Vous sélectionner le méchant lanceur de boules de feues en dessous des portrait de vos personnages et de vos différents groupes d'unités apparaissent toutes les actions que vous pouvez effectuer sur la cible désignée. vous n'avez plus qu'a cliquer sur le sort de pétrification sous le portrait de votre personnage et le tour est joué.


 Second résultat: la partie RTS bien que bourrée d'idée fort sympathiques n'apporte rien de franchement nouveau au monde du STR en particulier en mode solo. Cela ne l'empeche pas d'etre "fun" et simple à jouer.

 


III. gameplay et rendu:

La jouabilité:

  C'est au niveau du gameplay et de l'interface que ce jeu souffre des plus gros problèmes. Il n'est possible de créer que 6 groupes de troupes ce qui pourrais être considéré comme un parti pris si le système Click&Fight ne dépendais pas des groupes de troupes crées( les icônes du système C&F n'apparaissent qu'en dessous des icône de groupes et de personnages). Ce système atteint donc rapidement ses limites d'autant plus qu'il est parfois malaisé de sélectionner une unité en particulier. Il existe bien une solution qui consiste à appuyer sur la touche TAB ce qui sélectionne le plus puissant ennemi visible, mais ce dernier a une fâcheuse tendance à être a l'arriere et entraîner votre unité loin de ses défenses. Un autre problème est comme on l'a vu plus haut l'I.A. des unités qui n'est pas du tout paramètrable ce qui oblige à surveiller ses unités en permanence. En mode troisième personne, le héros ne répond pas de la manière habituelle aux commandes et pour attaquer une unité, il faut se mettre à portée sinon le héros ne réagit pas aux ordres d'attaque. En dehors de ces problème une bonne nouvelle est présente qui compense au moins partiellement l'ensemble de ces problème: on peut faire se déplacer les troupes de manière a ce qu'elles combattent les ennemis qui les agressent. Cette option est assez peu présente dans les STR actuels pour qu'on le souligne, d'autant plus qu'elle est utile dans de très nombreuses situations.

Les graphismes:

  De ce côté la, quasiment rien a redire, les décors sont extrements riches et vivants, la profondeur de vue (en troisième personne) excellente. les décors son très varies, la gestion nuit/jour très bien rendue rendant même les déplacement nocturnes assez difficiles. La mini-carte est lisible. Les deux seuls reproches tiennent a la vue satellite qui ne permet pas un assez grand champ de vision et la vue troisième personne accessible seulement depuis votre personnage. Les batailles son parfois un peut confuses mais cela tient surtout à la concentration des troupes engagées (et au fait que celles ci dans un même camps aient quasiment toutes la même couleur). Malgré ces défauts auxquels on s'habitue finalement bien vite, l'aspect graphique de ce jeu est une très grande réussite et soutient facilement la comparaison avec n'importe quel autre jeu.

Le son:

  La bande sonore musicale est d'une bonne qualité. De type symphonique, les musiques son contextuelles et réussies. La bande sonore pure (bruitages) est sympathique mais parfois un peut légère . Les dialogues sont de relativement bonne qualité (voir même parfois très bons au niveau des doublages). Cependant rien de transcendant de ce côté la.

 

Troisième résultat : Le jeu en met plein la vue et satisfait les oreilles, mais pêche régulièrement coté manipulation . Il convient de noter le système Click&Fight qui est une idée remarquable et très utile pour peut qu'on se donne la peine de s'y habituer.

 

 

CONCLUSION:

  SpellForce à l'énorme mérite d'avoir voulu réunir deux genre le jeu de rôle et le jeu de stratégie en temps réel. Il a également eu la volonté d'apporter un maximum de changements aux joueur. Cette partie du pari bien que réussie techniquement,  ne l'est pas toujours au niveau pratique. On alterne phase JDR et STR sans jamais les mélanger et certaines particularités comme les runes on un apport plus structurel (elle permettent de donner une homogénéité a certains aspect du jeu) que réel. Il est regrettable que le jeu soit bridé à se point en mode multijoueur ou vous ne pourrez que jouer les batailles sans aucun des éléments de la partie JDR, de plus il n'existe aucun mode escarmouche ou bataille contre l'ordinateur. L'ensemble est cependant "fun" et immersif et de qualité correcte. Finalement le plus gros défaut du jeu est peut être le manque de profondeur à la fois de la partie JDR et STR mais ce n'est pas non plus le but de ce jeu...

 

 

Pour resumer...
______ Si vous aimez les JDR simples type console et les STR formatés type Warcraft III alors SpellForce est fait pour vous.

Les plus:
- Le concept original et rafraichissant.
- Un moteur graphique impecable et au rendu superbe
- Une monde extremement vaste pour une durée de vie enorme.
-Variété des equipements, sorts et races disponibles.

Les moins:
- Problemes au niveau de l'interface et de l'I.A. des unites.
- Mode multijoueur pâle reflet du mode solo et tres mal supporté.
-Le melange entre STR et JDR se résume parfois trop au fait de sauter d'un style de jeu a l'autre.

12/20

Un jeu bourré de bonne idées qui auraient meritées plus de "developement".

FICHE TECHNIQUE

Configuration requise:
Windows 98 ou +
P3 1 GHz
CArte 3D 32Mo
256 Mo RAM

Configuration conseillé:
Windows 98 ou +
P3 1,8GHz Carte 3d 64Mo
512 Mo RAM

Dévelopeur:
Phenomic 

Editeur:
Jowood

Site officiel:
Oui
 

Type:
Strategie temps réel/ jeu de rôle
 

Sortie: 
2003

Support:
C
D-ROM

Démo:
OUi

Multijoueur:
8 en LAN ou internet

TARIF

Prix conseillé: -
 

IMAGES


Un village elfe de nuit.


Un camp humain.


Des orques tentent une sortie.


Les héros les achevents.


L'avatar utilise la magie de mort.


Des tous ennemies dans les marais.

Réseau Gamers et Stratégie. Association Loi 1901 à capacité juridique.
©1998-2017 Réseau Gamers et Stratégie - Tous droits réservés - Mentions légales