Système TeamSpeak du Réseau Jeux-Strategie.com Abonnez-vous à nos flux RSS Mur du Réseau Jeux-Strategie.com
 
- Le NetMagazine des jeux video de stratégie 

Crusader Kings 2

Présentation de Crusader Kings II

Le studio de développement et d'édition suédois Paradox Interactive a annoncé la production du jeu Crusader Kings II.
Débutant en 1066 (une seule campagne semble prévue), Crusader Kings II permettra de jouer un noble chrétien (duc, comte ou roi) tentant de pérenniser sa dynastie au coeur d'une Europe médiévale troublée.

Si c'est essentiellement autour de l'intrigue que se concentre ce second opus, de nombreuses fonctionnalités innovantes enrichissent le contenu de la série Crusader Kings. Des barons seront par exemple présents dans les provinces (plus une province est riche, plus nombreux y seront les barons). Comme tous les personnages du jeu (qu'il s'agisse de votre cour, des autres cours et même de votre famille), ils auront une personnalité propre et des ambitions personnelles qu'ils tenteront d'assouvir. Un membre de votre cour ou même de votre propre famille pourra ainsi vous trahir en tentant de vous renverser si telle est son ambition personnelle. On pourra même voir un vassal a priori loyal se faire manipuler par sa femme (les personnages féminins ayant un rôle plus important dans le jeu) et contester votre titre !
Ce système d'ambitions inspiré de l'expansion Rome : Vae Victis (dans laquelle les commandants de provinces peuvent se rebeller) est géré de manière dynamique et aléatoire. Des alliances de circonstance pourront être formées entre personnages. L'ensemble donne l'impression d'évoluer dans l'environnement des Rois Maudits où l'on ne peut se fier à personne.

Fort heureusement, le joueur pourra compter sur son maître espion pour tenter de déjouer les complots formés contre lui. Celui-ci rapportera tous les bruits qui circulent et le joueur pourra lui ordonner d'arrêter, d'enfermer (dans un donjon prévu cet effet !) voire d'exécuter des personnages…que ceux-ci soient effectivement coupables…ou non !

Le jeu est dès lors essentiellement basé sur les relations établies entre personnages, que ce soit entre courtisans, entre courtisans et seigneurs ou entre seigneurs. Celles-ci sont notamment affectées lorsqu'un seigneur déclenche une guerre sans justification. C'est pourquoi Crusader Kings II emploie un système de justification des guerres notamment lorsque l'on revendique un titre ou que l'on désire convertir un territoire à la culture ou la religion différente. Il n'y aura en revanche a priori pas de notion de badboy ou d'infamy dans Crusader Kings II.

La participation aux croisades lorsque le Pape les déclarera permettra à un seigneur de gagner des bonus de manière progressive (probablement en piété). Plus de coopération est également prévue entre les différents croisés.
De plus, lorsque les relations entre le Pape et un seigneur seront trop basses (notamment au sujet de la nomination des évêques, ce qui permet d'entrevoir la recréation de la Querelle des investitures), des "anti-Papes" plus loyaux pourront être nommés, lesquels tenteront de s'imposer contre le Pape actuel (ce sera du moins leur ambition personnelle).

Crusader Kings II se veut facile à appréhender. Il sera, selon les dires des développeurs, le jeu Paradox le plus simple à aborder (ce qui n'implique selon eux pas nécessairement qu'il soit le plus facile à jouer).
Par ailleurs, peu d'informations ont été révélées à ce jour concernant le mode multijoueurs, si ce n'est qu'il pourra accueillir jusqu'à 32 participants.

Crusader Kings II est enfin prévu pour le premier trimestre 2012…"si nous sommes toujours en vie" selon le mot humoristique du développeur Johan Andersson.

Retour aux previews de la Gamescon 2010

Retour au dossier de la Gamescon 2010

Réseau Gamers et Stratégie. Association Loi 1901 à capacité juridique.
©1998-2017 Réseau Gamers et Stratégie - Tous droits réservés - Mentions légales