Système TeamSpeak du Réseau Jeux-Strategie.com Abonnez-vous à nos flux RSS Mur du Réseau Jeux-Strategie.com
 
- Le NetMagazine des jeux video de stratégie 

Res Publica : Carnet de développement n°3

Monarchie élective et rivaux

 

 

Par Johan

Bonjour, et bienvenue pour ce troisième carnet de développement de Res Publica.

La monarchie élective

Nous avons ajouté le régime politique de la monarchie élective dans le patch 1.6, mais n’y ajoutons aucun mécanisme particulier ou unique : ils seront tous dans l’extension Res Publica, afin de créer une expérience de jeu unique. Si vous n’avez pas l’extension, cela ne restera donc au final qu’un nom.

Dans le cadre d’une monarchie élective, vous disposez toujours au moins d’un candidat au trône : lorsque votre souverain décède, vous avez automatiquement un nouvel héritier, âgé entre 25 et 40 ans, issu d’une dynastie noble locale, et ses compétences sont calculées selon l’équation (2 + dé 4). Il a toujours une légitimité faible, mais reste l’héritier le plus probable… sauf si un pays étranger s’en mêle.

Toutes les autres monarchies appartenant au même groupe religieux, à condition qu’elles ne soient pas des monarchies électives elles mêmes, ont à disposition une nouvelle action diplomatique, appelée « Soutenir un candidat ». Elle permet de créer un candidat étranger au trône de la monarchie élective, avec les compétences (1 + dé 4), de la même dynastie que celle régnant sur le pays qui le soutient. Si ce pays place un diplomate dans le pays, chaque mois le candidat étranger a une chance d’obtenir un soutien supplémentaire, en fonction de la réputation diplomatique et de l’opinion que la monarchie élective a de ce pays.

Si ce candidat étranger remporte l’élection, le pays qui l’a présenté obtient un joli bonus de puissance, de prestige et de légitimité, tout en améliorant les relations entre les deux pays.

S’il se trouvait qu’un candidat venait à mourir, un nouveau apparaîtrait, appartenant à la même dynastie et soutenu par le même pays, qui hériterait de tout le soutien reçu par son prédécesseur.

Si vous jouez une monarchie élective, vous ferez parfois clairement le choix du noble local, car ils ont tendance à avoir de meilleures compétences. Vous disposez donc d’un nouveau bouton, permettant de dépenser 5 points de légitimité pour lui fournir 5 points de soutien.

Il y a enfin des événements, qui se produisent lorsque l’héritier pressenti est un candidat étranger, et des événements particuliers si le souverain est d’origine étrangère.

 


L’interface de la nouvelle monarchie élective polonaise, avec à gauche le bouton permettant de soutenir le candidat au trône issu de la noblesse polonaise. Il s’agit ici d’une copie d’écran fait avec les codes de la console (cf. la date), mais on voit déjà le petit jeu qui consiste à déterminer s’il convient d’appuyer sur le nouveau bouton.

Le polonais Zygmunt Lubomirski est pas mal, et en tête de la course au trône, tant mieux. Mais le lithuanien Fryderyk Jagiellon n’est pas mauvais non plus, peut-être qu’il faudrait le laisser passer en tête ? Pourtant, si le brandebourgeois Zygmunt von Hohenzollern double tout le monde à un moment où à autre, il va sans doute falloir agir…

 

Nouvelles décisions

  • Si vous jouez un pays comptant moins de dix provinces, appartenant aux groupes technologiques occidental, est-européen, ottoman ou musulman, que votre héritier dispose d’une faible légitimité et que vous êtes tourné en priorité vers le commerce, vous avez maintenant l’occasion de devenir une république marchande.
  • Il y a aussi des décisions pour changer de régime politique, permettant de cesser d’être une république marchande pour devenir un autre type de république.

La Pologne

  • La Pologne commence avec le régime politique d’une monarchie habituelle, sous régence ; elle peut désormais devenir une monarchie élective, par événement, dès la fin de cette régence.
  • L’événement « Le Sejm de pacification » fera passer d’une monarchie élective à une monarchie absolue.
  • L’événement «Le Sejm ratifie nos politiques» apparaîtra désormais 50% du temps, au lieu de 5% comme c’était le cas auparavant.

Changement pour les rivaux

  • Les pays qui ont plus de 50% d’écart en vitesse d’adoption des technologies ne peuvent désormais plus se désigner comme rivaux.
  • Vous pouvez désormais faire un rival des pays vous ayant eux-mêmes désigné comme rivaux.
  • Vous ne pouvez dorénavant plus vendre ou acheter de province à vos rivaux.
  • La démonstration de force prend désormais en compte la vassalisation ou l’annexion totale de vos rivaux.

Miscellanées

  • Des décisions ont été rééquilibrées et ajoutées aux diverses religions, pour garantir une puissance de missionnaires équitable (en clair : le reste du monde peut se réjouir).
  • Les élections s’appuient désormais sur la tradition républicaine, de façon à ce que toutes les formes de régimes républicains soient équilibrées.
  • L’impact de la production sur les effectifs a été retiré, pour être accru de 5% pour chaque technologie militaire, ce qui revient à peu près au niveau du patch 1.5 et avant.


RETOUR INDEX

Réseau Gamers et Stratégie. Association Loi 1901 à capacité juridique.
©1998-2017 Réseau Gamers et Stratégie - Tous droits réservés - Mentions légales