Système TeamSpeak du Réseau Jeux-Strategie.com Abonnez-vous à nos flux RSS Mur du Réseau Jeux-Strategie.com
 
- Le NetMagazine des jeux video de stratégie 

Starcraft 2 : Preview

Par lakaoum - Edition du : Sunday 09 May 2010 - Créé le : Sunday 18 April 2010

 

 

Starcraft 2

..

Preview

.

.

Il existe une quête plus dure que toutes les quêtes de diablo2, en mode « nightmare ». Une quête qui fait passer les héros de Wraith of the Lich King pour des fraises tagadas. Une quête qui aura duré plus de 10 ans. Et enfin, cette quête touche à sa fin. Mes frères d’armes, la suite de Starcraft est imminente. La bêta, maintes fois repoussée, est enfin jouable. Et soyez sans crainte, Blizzard est peut être la seule société à attendre autant entre deux épisodes, mais c’est aussi la seule à vendre suffisamment de boîtes de jeux pour, de par leur dimension, traverser la France du nord au sud. Enfin c’est surtout la seule et unique société de jeux qui n’a que des succès à son actif, c’est la seule et unique société à avoir fédérer toute la jeunesse d’un pays pour faire de starcraft un sport national. C’est aussi la seule à se remettre en question à chaque nouvelle production, à écouter ses millions de fans. Aussi pour satisfaire tout le monde – et dieu sait comme les joueurs de STR sont devenus exigeants- il faut prendre son temps. Alors, bien sûr, la chute risque toujours d’arriver, mais ce ne sera pas avec Starcraft 2. Avant d’entrer plus avant dans la bêta, sachez que le produit proposé aujourd’hui est d’une qualité à laquelle très peu de jeux dans les bacs peuvent prétendre. A partir de là, tout joueur peut apprécier les qualités intrinsèques du jeu.


..

Starcraft / Starcraft Broodwar


Pour nos plus jeunes lecteurs, il est possible que vous soyez passé à côté de l’évènement Starcraft. Sorti en 1998, ce jeu fut le premier jeu à révolutionner vraiment le monde du STR. Même Warcraft 3 n’aura réussi une telle prouesse. Avant Starcraft, les STR vous proposaient des armées plus ou moins conséquentes avec deux camps en général, dans des univers très conventionnels. Ces armées, si elles différaient sur les graphismes et quelques unités, étaient très similaires. Avec Starcraft, le virage a été brutal. Fini les camps identiques. Il faut dorénavant proposer 3 camps avec des compétences, des mécaniques de jeu, des économies très différentes. Autrement dit, garder une même tactique ou axe de développement d’un camp à l’autre n’est plus possible. Et depuis 1998, beaucoup d’éditeurs ont essayé avec quelques succès, mais toujours avec l’ombre de Starcraft. La sortie de Broodwar a juste confirmé que Blizzard était le meilleur dans ce domaine. La conséquence est immédiate. Comment sortir un jeu aussi bon, voire meilleur que Starcraft. La tendance actuelle est à l’innovation. Exit les bases, l’économie, restons concentré sur le combat. Certains y arrivent comme l’excellent Dawn of War 2, d’autres s’y perdent et risquent de disparaître comme le terrible Command and Conquer 4. Blizzard lui garde le cap. Sa recette, il l’a connaît, et comme un maître d’œuvres, il l’améliore encore et encore. Les Zergs, les Protoss, et le Terrans sont de retour. En dix ans le Lore de Starcraft est devenu énorme, mais n’attendez pas de nouveaux camps, du moins pour le multijoueur. Au vue des difficultés d’équilibrage, et de la différence de gameplay pour chaque race, c’est certainement plus raisonnable. Alors qu’en est-il ?



Battle.net 2.0


Blizzard veut encore utilisé Starcraft pour une deuxième révolution. Mais cette dernière ne concerne pas directement le jeu en lui-même. Il s’agit de sa plateforme de jeu : le célébrissime Battle.net. Le retard de la bêta lui est très fortement imputé. Blizzard voulait utiliser une version toute neuve de Battle.net pour la bêta de Starcraft2. Ainsi vous accédez à deux bétas en même temps, celle du jeu et celle de la plateforme. Blizzard veut être le plus indépendant possible. La fusion Activision/Blizzard n’ayant rien changer au fonctionnement de Blizzard (un jeu tous les dix ans…. On peut toujours ? Ah, juste 8 ans, on fera avec !), Blizzard n’allait pas sous traiter pour une plateforme de type Steam ou Windows live. Battle.net devait évoluer. Sachez que la version 2 de Battle.net vous permettra avec un compte unique de pouvoir dialoguer avec tous vos amis, et ce quelques soient les jeux Blizzard auxquels ils jouent. Vous pouvez ainsi en pleine partie avoir un message d’un ami et lui répondre, même s’il ne joue pas. Dans l’absolu, vous pourrez dialoguer en construisant votre base dans Starcraft 2, tandis que votre ami, arpentera les mondes de Sanctuary dans le futur Diablo3. La clé est dans ces réseaux sociaux. Autre point fort, les nouveaux styles de ladder. Lorsque vous vous connectez pour la première fois en multijoueur, vous disposez de plusieurs matches de classements. Une fois ces matches joués, vous êtes dans une catégorie avec votre propre classement interne. Actuellement, il existe plusieurs ligues (Platine, Or, Argent et Cuivre) et vous ne jouez que contre des joueurs de votre ligue lors de matches de ladder. Si vous arrivez au sommet d’une ligue, grâce aux points gagnés dans les matches, vous accédez au rang supérieur. Bien sûr vous pouvez être retrograder. Cela permet vraiment d’avoir des joueurs de même niveau. Et donc des matches de suite plus intéressants. Le smurfing (création de plusieurs comptes pour casser du noob –jeune nouveau) devient impossible car vous devez créer un compte qui sera associé à votre jeu. Cependant vous pouvez toujours jouer hors ladder, et là tout est permis. Enfin beaucoup d’options de personnalisation sont présentes, dont certaines dédiées à la campagne, sur le principe de décorations et autres. D’un seul clic, vous accédez au classement de tous vos amis. Vous pouvez zoomer sur les cartes avant de vous lancer dans la bataille, etc, etc. Seul point noir, pour le moment vous ne pouvez parler à tout le monde en même temps. Mais Blizzard peaufine là encore chaque détail de sa plateforme. Passons maintenant à ce pourquoi vous lisez cette preview : la bêta.

  

                            Battle.net 2.0 et le chat entre amis                                                       Les statistiques de tous vos amis

Vous aurez un historique complet de vos parties



La bêta : l’héritage de Starcraft


Je vous le disais. Blizzard cherche toujours à améliorer notre expérience de jeu. Très dur avec un jeu déjà plébiscité dans le monde entier avec 10 ans d’activité dans les compétitions d’e-sport. Mais Blizzard arrive encore et toujours à nous surprendre. Une question posée très tôt dans le développement du jeu fut « Aimez vous les héros de Warcraft3 ? » Ce sondage avait eu lieu peu de temps après la sortie de The Frozen Throne pour Warcraft3. A cette époque personne ne pensait à Starcraft2 sauf Blizzard. Et là le résultat était intéressant. Beaucoup de joueurs de Starcraft n’aimaient pas trop ce principe. Tandis que les nouveaux joueurs, l’appréciaient énormément. Il existe donc des pools de fans. Blizzard a décidé de ne pas mettre de héros dans Starcraft2. Certes au début du développement, il semblait y avoir des super-unités uniques (Vaisseau mère, Thor et Reine) mais Blizzard a depuis longtemps abandonné cette voie. Les unités précitées redevenant de très puissantes armes et non uniques.
La deuxième question crutiale était de savoir s’il fallait ou non mettre un quatrième camp. Le background s’y prête : Xel’Naga ou hybrides de Duran ? Si les deux étaient très tentant, Blizzard ne changera finalement pas les camps en présence. Vous aurez donc droit aux classiques Terrans ne jurant que par la technologie, les Zergs toujours aussi nombreux et frénétiques, et enfin les Protoss doués de leurs pouvoirs psioniques, terriblement puissants et de leur bouclier énergétique.
Enfin dernière question : doit-on revoir le système économique. Là encore, l’héritage de Starcraft est présent. Vos débuts de partie sont tout simplement identique. Un bâtiment principal, des drônes et du gaz vespene ainsi que des cristaux. Légère modification dans les cristaux, vous aurez droit aux cristaux bleus classiques et à des minerais, plus rentables mais bien entendu plus rares, de couleur or (ils auraient été verts, le plagiat avec le tibérium aurait été énorme).

.

.

Les départs seront identiques : Vespene gaz, minerais et récolteurs

Beta- les nouveautés


Avant d’entrer plus en détail dans les nouveautés apportées à chaque race, parlons des évolutions apportées au jeu depuis Starcraft. Concernant le gameplay tout d’abord. Blizzard a revu sa conception des cartes multijoueurs. L’aspect conquête du terrain devient plus important avec la présence de tours d’observation. Ces tours permettent de voir une très grande partie de la carte. Les contrôler s’avère assez indispensable pour prévoir les attaques adverses. Toutes les unités terrestres peuvent s’en emparer, mais il faut qu’une unité reste à proximité pour pouvoir l’utiliser. Autre ajout de taille, la présence de végétation dense ou d’écran de fumée, qui bloque au contraire la vision d’une petite zone. Idéal pour des guets apens, vous aurez intérêt à envoyer une unité régulièrement dans ces zones pour ne pas vous faire surprendre. Ceci devient d’autant plus important, lorsque des telles zones sont situées à côté de votre base. L’adversaire peut alors s’approcher tranquillement de votre base et y établir un portail, une sortie de ver nydus, ou pour les terrans utiliser les medivacs pour un drop massif. Vous aurez donc intérêt à être très vigilant. Pour continuer avec les modifications importantes, de nombreuses cartes possèdent des goulots d’étranglements, voir des accès bloqués par des rochers. Sur les cartes intitulées « débutant », les accès à votre base sont protégés par ces rochers quasi indestructibles par les unités de bases. Ceci peut prévenir des rushes, mais il vous faudra tout de même vous développez très vite. En revanche, sur les cartes classiques, des accès à des ressources sont bloquées par ces rochers. Il vous faudra les détruire ou passer par-dessus pour vous accaparez des sites de minerais par exemple. Enfin certains points devront être détruits pour surprendre l’adversaire.
Vous le voyez, les cartes sont beaucoup plus complexes à explorer et à contrôler. Le danger peut venir de beaucoup d’endroits différents et souvent en même temps. A cela il faut ajouter la différence d’altitude pour les cartes. Certaines unités peuvent gravir les différents niveaux sans problème (tel le faucheur des Terrans ou le colosse des Protoss), faisant des razzias sur vos récolteurs. Vos bases sont souvent sur un niveau différent de l’environnement qui les entoure. Ceci vous fournit un sentiment de sécurité bien trompeur à cause de ces unités. De plus, si une unité vous attaque de plus haut, vous pouvez l’apercevoir mais vous ne pourrez l’attaquer que si une unité peut les observer (observateur Protoss, radar des Terran, Observateur des Zergs). Il n’est pas rare d’avoir un largage d'unités sur des hauteurs qui vous martyriseront jusqu’à ce que vos unités d’observation soient arrivées pour les contrer.



  

               Le nouveau minerai doré souvent bloqué par des rochers                                       Tour d'observation Xel Naga

   

.           Barrage visuel de la végétation

.

Le point par race

Ce qui a fait le succès de Starcraft est la différence entre chaque camp mais aussi l’équilibre de ces camps. Starcraft 2 se devait de réitérer l’exploit, et croyez moi, c’est bien parti pour. Afin d’être objectif, je vais aborder les races par ordre alphabétique.

Les fiers Protoss

Cette race mystique d’aliens créée par les Xel’Naga est au premier coup d’œil toujours aussi puissante que dans Starcraft. Chaque unité est puissante, résistante avec notamment son bouclier, et coûte aussi chère en ressource. Notamment les unités évoluées qui ruineront vos puits de gaz vespenne. Chaque bâtiment doit être soutenu par un pylône. Comme dans le premier Starcraft, si le pylône est détruit, le bâtiment ne fonctionne plus. Il en est de même des défenses. Certaines unités vous sont déjà familières. Le Zealot, le porte nef, ou encore le High Templar, l’Archonte et le dark Templar sont de retour. Cependant ne comptez pas retrouver les sorts du premier Starcraft pour les mêmes unités. Blizzard est reparti de zéro. Chaque unité s’est vu adjoindre des capacités puissantes qui permettront à vos unités de tier 1 de persister durant tout une partie. Celles-ci ne devenant pas obsolètes. La capacité charge du zealot par exemple est très puissante, elle permet de poursuivre une unité, ou d’aller au contact très rapidement et s’avère indispensable contre un joueur zerg. De nombreuses unités ont bien sûr été ajoutées : le traqueur, le colossus, la sentinelle et le prisme de transfert sont autant de nouvelles unités. Ce sont ces dernières qui font de Starcraft 2 un jeu nouveau à part entière. Ainsi le traqueur et le colossus sont deux unités pouvant appréhender un terrain à différentes hauteurs. Le premier se téléporte sur de courtes distances à condition d’avoir une ligne de mire, le deuxième gravit le relief comme des marches. Le colosse est si haut que les unités aériennes anti air peuvent aussi l’endommager. Le prisme de transfert, permet lui plusieurs choses. Une fois déployé, il peut alimenter les bâtiments comme un pylône, ce qui est déjà primordial pour un joueur protoss, ensuite, en créant une large matrice, il permet de téléporter les unités protoss qui se trouvent dans une matrice d’énergie. Vous pouvez donc construire vos unités tranquillement et les téléporter rapidement en grand nombre chez l’adversaire. Les unités aériennes pures ne sont pas en reste. Le chasseur Phénix est extrêmement rapide, et uniquement anti-air, mais accompagné de Disloqueurs, vous possédez une force aérienne puissante et polyvalente. Le disloqueur concentrera son rayon de plus en plus sur une unité lourde ou un bâtiment pendant que vos phénix anéantiront les troupes aériennes adverses voir terrestres grâce à leur capacité antigravitation. Enfin, les bâtiments auront aussi certains pouvoirs. Votre Nexus peut booster la construction de n’importe quelle unité, ce qui s’avère là encore indispensable pour bien démarrer, mais aussi pour contrer un rush qui vous permettra de sortir plus vite vos unités. Le portail lui pourra vous permettre moyennant une construction plus lente, d’envoyer directement vos unités d’infanterie produite dans une zone sous matrice. Comme vous le voyez, tout est mis sur la flexibilité du joueur, la rapidité de développement et de contrôle du terrain. Le tout avec panache et bravoure, avec vos fiers protoss.

   

                            La matrice énergétique des Protoss                                                        Prisme de phase et transport rapide
.
..

Passons aux Terrans

.
Les terrans, ces aventuriers de l'espace bien malgré eux, continuent leur ascension technologique. Leur style reste peut être le plus accessible pour un débutant, car ces derniers disposent comme dans le premier starcraft de vraies défenses avec tourelles et surtout bunkers. Leurs premières unités sont très polyvalentes avec le marine et son terrible fusil mitrailleur capable d'assurer une défense contre les unités terrestres et aériennes. Ils sont d'ailleurs si efficaces, que les joueurs zergs devront y réfléchir à deux fois avant de lancer leurs mutalisks à l'assaut. Les terrans ne font pas non plus dans la dentelle. Ils disposent aussi d'une puissance de feu phénoménal dans les unités avancées. Que ce soit avec ce bon vieux Battlecruiser ou encore le tank siège dans sa nouvelle version, les boucliers protoss n'y résisteront guère. De plus comme pour les autres factions, de nouvelles unités font leur apparition. Là encore, ils apportent beaucoup plus de souplesse dans le jeu et accentue le contrôle du terrain. Je pense notamment aux formidables vikings. Cette unité aérienne, très laide dans sa première version, est aujourd'hui certainement une des plus réussie. Tant esthétiquement que sur son efficacité. Capable d'attaquer les unités aériennes uniquement, il se transforme et bot terrestre pour éradiquer toutes les unités terrestres. Idéal en défense, en soutien et en harass, cette unité est très importante pour tous les joueurs terrans. L'autre unité clé est l'union du medic (infanterie de soin du premier starcraft) avec le transporteur terran pour donner le médivac. Cette unité permet là encore de déployer rapidement vos forces mais aussi de les soutenir pour l'infanterie. Enfin pour ne citer que les unités les plus frappantes, sachez que le faucheur est une infanterie équipée de jet-pack pouvant escalader le terrain sans aucun problème et dont la puissance dévastatrice sur vos récolteurs n'a d'égal que la crainte inspirée par ces derniers en début de partie. Le thor, quand a lui, qui devait être une unité épique, c'est vu rejoindre l'usine d'armement pour devenir une unité de destruction massive et surtout l'unique anti - aérien blindé terrestre. Vous en conviendrez, les terrans semblent disposer de tout. Que ce soit des unités basiques polyvalentes, aux unités high-tech (comme le corbeau et ses drones de combats) le joueur terran aura l'embarras du choix pour se développer. Et c'est certainement comme dans le premier Starcraft ce qui fait toute la difficulté de cette race. Choisir un axe de développement est souvent très dur à modifier. Si vous voulez utiliser un missile nucléaire, il va falloir tout débloquer pour cette voie avec des dépenses en ressources et recherche qui vous empêcheront d'accéder à d’autres unités. Là encore, Blizzard est en conscient et pour pallier à cet inconvénient, l'usine d'infanterie, aérienne et de blindés disposent d'un choix d'add-on. Un même module pour doubler les lignes de productions des unités basiques, ou bien un module technologique pour débloquer les unités évoluées. Les bâtiments pourront interchanger ces modules, moyennant un petit temps de redéploiement.

.
   

                                  Les Terrans sont très polyvalents                                                Une armée hétérogène et vous gagnerez

.

Enfin, il nous reste les terribles et gluants zergs

Cette deuxième race d'aliens créés par les Xel'naga est certainement la plus dure à prendre en main, car la logique de développement y est très différente. Vous aurez besoin de gérer des armées très improtantes pour pouvoir terrasser l'ennemi. Blizzard a chercher à approfondir encore plus le gameplay zerg. Les bases restent les mêmes. Vous disposez d'une ruche qui génère du creep (substance nourricière) qui permet de construire vos bâtiments. La ruche produit aussi des larves qui se transformeront en n'importe quelle unité par la suite. Enfin, les zergs ne jurant que par la génétique, tout est vivant, des bâtiments de recherches aux défenses. Ces derniers s'obtiennent par la transformation de vos récolteurs. Ils sont donc définitivement consommés. Voilà pour les grandes lignes qui sont identiques à celles du premier starcraft. Pour ce qui est des changements apportés, on peut dire qu'ils sont nombreux. Commençons par vos défenses. Pour la premières fois, vos structures défensives seront mobiles. Elles peuvent en effet comme de vraies unités, sortir du sol et allez s'enterrer à un autre endroit de la carte, pour peu qu'il y ait du creep. Ce creep, justement peut être aggrandi grâce à des tumeurs produites par la reine. Sachez que ce creep, booste toutes les vitesses des unités zergs, et permet une régénération plus rapide. Ce creep, encore lui, permet aussi un contrôle du terrain car il vous donne un champd de vision autour de lui. Enfin, il peut être sécrété par un seigneur. Cette simple possibilité ouvre de très nombreuses possibilités. Elle vous permet d'utiliser vos vers nydus (qui doivent sortir sur du creep) n'importe où. Sachant que ces vers sont de vraies portes de communication, vous comprendrez que les utilisations stratégiques sont très vastes. Pour finir avec ce creep, sachez qu'il empêche toute structure non zerg d'être construite. Vous pourrez donc grâce à la transformation du terrain, bloquer les expansions adversaires. Parlons maintenant d'une autre unité, portant un nom bien connu des amateurs de Starcraft : la Reine. Ancienne unité volante, elle a été reconvertie en unité de soutien terrestre douée de nombreuses capacités. Cette dernière produit les tumeurs dont je vous ai déjà parlé. Elle peut aussi régénérer une troupe zerg à condition de la viser (cette capacité n'est donc pas automatique comme avec le medivac), et enfin elle peut accélérer la production des larves. Vous passerez ainsi de 3 larves maximales à 7. Ce qui pour tout joueur zerg est une bénédiction. Pour les rushes, ce sera 7*2 zerglings d'un coup, soit 14 unités rapides et terriblement méchantes pour vos récolteurs. Pas étonnant que le rush zergling soit toujours aussi présent. C'est aussi une solution pour sortir des contres très rapidement, ou pour changer vos troupes afin d'adapter votre stratégie. Enfin, de nombreuses unités ont été remaniées. Les zerglings qui peuvent se transformer en chancres. Ces feu-calamités, sont des unités kamikazes qui explosent en endommageant très lourdement toutes les unités adverses alentour. Les hydralisks, sont devenues des unités de tier 2. Ces derniers sont devenus redoutables contre les unités aériennes et blindées. Les roaches, nouveau cafard des troupes zergs, sont eux aussi idéals pour le harass précoce et plutôt résistants. Sachant que ces troupes se régénèrent très vite une fois enfouies (ceci est en cours d'équilibrage), les attaques zerglings/roaches sont très dures à contrer. Que dire de mes adorables ultralisks, si ce n'est qu'on les voit peu en multiplayers, mais qu'ils sont toujours aussi impressionnants avec leur terrible défenses. Actuellement, beaucoup de joueurs demandent une unité supplémentaire pour les zergs, mais Blizzard semble vouloir les laisser ainsi. Le principe des mutations permettant quand même d'avoir un arsenal parrant à toutes les attaques protoss ou terrans. Pour conclure sur leur gameplay, le joueur zerg devra être rusher, pour gagner ou affaiblir, puis être un joueur très expansif sur la carte et toujours, toujours du harass, pour enfin dans une vague massive avec des unités puissantes, gagner. Cette race est donc celle qui demande le plus d'APM (action par minute) mais le plaisir de voir ces nuées de zergs est alors incomparable.

   

                             Boost sur les larves par la reine                                                              Photographie de famille


 
La réalisation

.

Avant de clore cette preview, qui j'espère vous passionne (si vous en êtes à lire cette phrase, c'est que vous êtes déjà fan de Starcraft 2 ou plus probablement de mon verbe providentiel), il me reste à vous parler de la réalisation. Quand on sait que Starcraft 2 est attendu depuis presque trois ans (souvenez vous de l'annonce en mai 2007), on s'attend à avoir un jeu excellent sur tous les points. Blizzard, restant Blizzard, tous les points sont peaufinés et encore peaufinables. Cependant, leur plus grosse volonté est de permettre à un maximum de personne de jouer sans avoir à changer de machine. Le moins que l'on puisse dire, c'est que le pari est réussi. Et de quelle manière. D'abord le jeu est très, très propre. Le design des unités est excellent. En un seul coup d'oeil, vous reconnaîtrez chaque unité. La plupart des améliorations se traduisent par des modifications graphiques très claires mais non grossières. L'animation des unités n'est pas en reste. Mention spéciale aux zergs. Le creep bouge tout seul, tous les bâtiments respirent, saignent et se métamorphosent splendidement. L'aspect visqueux retravaillé plusieurs fois, donne un aspect très réel aux zergs. Pour les Terrans, suite aux critiques des fans sur l'aspect trop propre des unités, des nombreuses retouches ont été apportées. Aujourd'hui, vous avez vraiment l'impression que les terrans se débrouillent avec ce qu'ils ont en faisant beaucoup de récupération, les peintures semblent écaillées, mais le charme n'en est absolument par terni. Enfin les protoss, avec leur bouclier énergétique qui se dévoile lors d'attaque, les explosions avec distorsion de leur bâtiment et un style très futuriste sont aussi très réussis. Quand on sait que le détail et les animations ont été pensées pour que tout soit clair sur le champ de bataille, on peut dire là encore que le pari est gagné. Blizzard nous promet des cartes et des animations encore plus poussées pour la campagne, c'est dire ma qualité à venir. Mais tout cela serait terrible si l'optimisation n'avait pas été faite. Et là c'est de la pure magie. Avec une configuration moyenne, y compris sur un portable, le jeu certes ne bénéficie pas de tous les effets, mais franchement, il est encore très bien. Avec un ordinateur de deux ans (processeur intel dual core 6600/ geforce 9600), vous aurez droit à tout, oui, absolument tout sans ralentissement. Le seul point noir semble être sur la connection internet avec une ligne ADSL obligatoire pour le jeu multijoueur. En dessous, notamment tous les modems 56k, vous ne passerez pas le multijoueur. L'autre très légère déception (il fallait en trouver, vous m'auriez pris pour un vendu) concerne la musique. Je préférais celles de Starcraft. Celles des Terrans sont réussies, mais celles des zergs et des protoss me plaisent moins. Non qu'elles soient ratées, mais elles me semblent en dessous de celles du premier opus. Je chipotte, je vous l'accorde d'autant que les bruitages eux sont vraiment très bons, même pour la version française. D'ailleurs toutes les musiques ne sont pas encore disponibles.

 

L'équilibrage

.

Le jeu, aujourd'hui, a déjà subi près de 8 patches. Au menu de ces derniers, pas mal de changements dans l'équilibrage, mais au final, auprès de la communauté, le jeu passe pour être équilibré. Le meilleur moyen est d'écouter chaque fan de chaque race critiquer les autres races. Quand tout le monde défend sa race préférée et indique que les autres sont parfois op, alors, on retouche au miracle. Car en étant un joueur en pur "random", je peux vous dire que le jeu me semble très, très bien équilibré. Les vrais pros sont là pour guidés Blizzard dans ces derniers ajustements, mais nul doute que cette bêta est déjà très bien balancée.

  


                              Les rushes sont efficaces                                                                 Mais les rochers vous protégeront
.

Bilan de cette preview

Tout le monde attendait Starcraft 2. La bêta est enfin là, et dès les premières parties multijoueurs, toutes les craintes s’évaporent. L’attente fut longue, mais comme toujours avec Blizzard, le charme opère. Tout semble huilé, parfaitement développé, optimisé. La campagne reste la grande inconnue de cette preview, mais il est inimaginable que Blizzard est raté son développement. Ils nous promettent une campagne extraordinaire et je ne peux les croire quand on voit la qualité du jeu en multijoueurs. Rendez-vous dans 3 mois pour un test complet, campagne solo comprise.

Réseau Gamers et Stratégie. Association Loi 1901 à capacité juridique.
©1998-2017 Réseau Gamers et Stratégie - Tous droits réservés - Mentions légales