Système TeamSpeak du Réseau Jeux-Strategie.com Abonnez-vous à nos flux RSS Mur du Réseau Jeux-Strategie.com
 
- Le NetMagazine des jeux video de stratégie 

Interview Birth of America

Par franchil - Edition du : Sunday 15 September 2013 - Créé le : Thursday 29 December 2005

A l’occasion de la sortie de Birth of America (BoA), Philippe Thibaut, le cofondateur d’AGEOD (l’éditeur du jeu), et qui n’est autre que le créateur d’Europa Universalis et de nombreux autres jeux de stratégie, nous fait le plaisir de répondre à nos questions…    
 
La galerie d'images.


1. Jeux-Strategie.com : Avant de nous intéresser à Birth of America, parlez nous un peu de Grandes Invasions (GI), votre dernière Simulation Stratégique Temps Réel (un genre dont le plus illustre représentant est Europa Universalis) sorti en juin 2005. Quel bilan tirez-vous de la sortie de GI ? Songez-vous toujours à le doter d’un add-on ?

Philippe Thibaut - GI est sorti à ce jour en France, Belgique, Espagne et Italie… et tout récemment en Allemagne. La sortie France date de juillet et depuis le jeu a été foncièrement amélioré, en particulier avec le dernier patch 1.04 du mois dernier. L’avis des joueurs sur le forum est très positif, certains n’hésitant pas à trouver le jeu supérieur à EU. Pour ma part, je pense qu’on a sorti le jeu trop tôt chez nous, ce qui l’a desservi, tant par la période de mise en place peu propice que par des critiques peu amènes et plus du tout justifiées au regard de ce que le jeu est maintenant…
    Après les fêtes, on espère trouver un distributeur pour la Grande-Bretagne, et même l’Amérique du Nord. Cela devrait redynamiser les ventes, même si le sujet n’est pas forcément des plus attrayants pour un américain...
Mais il y aura bien un add-on GI, cependant ce ne sera pas avant le printemps..
 


2. JS : A propos de BoA, qu’est-ce qui vous a poussé à réaliser un jeu sur la période de la guerre d’indépendance américaine, un épisode de l’histoire assez mal connu en Europe ?  N’est-ce pas risqué ?

Philippe Thibaut - C’est justement parce que le thème est mal connu et n’a pas été traité que nous l’avons choisi. Je connais bien les 2 conflits couverts par le jeu (la Guerre de 7 ans et l’Indépendance Américaine) et le théâtre d’opération et son originalité se prêtent bien à un jeu novateur. Qui plus est, le sujet est très populaire aux Etats-Unis et chez nos cousins du Québec (on fête cette année le 250ème anniversaire du début de la guerre Franco-Indienne 1755-1763).  Si peu de français sont branchés par le sujet, je peux vous garantir que c’est l’inverse outre-Atlantique, voire même de l’autre côté de la Manche.



3. JS : Comptez-vous mettre à disposition une démo du jeu?

Philippe Thibaut - Non, car le jeu sera prêt dans un mois et une démo sera un peu trop tardive, sans compter son poids (200 Mo) quasi identique à celui du jeu final. C’est la même problématique que pour les jeux Paradox.



4. JS : Pourquoi avoir choisi un système de tours par tours simultanés pour BoA ?

Philippe Thibaut - Plusieurs raisons aussi importantes les unes que les autres nous y ont poussé. L’une d’elle étant que nous travaillons déjà depuis plusieurs mois sur notre moteur original tour par tour simultané (du type utilisé dans Dominion II, Combat Mission ou même Civ4 maintenant) et que nous sommes content de ses performances, tant en terme de jouabilité qu’en raison des avantages évidents et substantiels pour avoir une IA de qualité (ce qu’un moteur RTS ne permet pas à ce niveau). En outre, cela permet de mieux calibrer la durée du jeu et renforce l’aspect réflexion et stratégie pour le joueur. Enfin, je voulais partir sur un mode de jeu novateur qui change un peu du moteur RTS posé par EU et ses suites et que beaucoup (d’autres que moi) jugent en perte de vitesse actuellement.
 


5. JS : BoA est une simulation très orientée sur les combats ? Peut-on le voir comme une sorte de wargame, ou bien la gestion des ressources y joue tout de même un rôle ?

Philippe Thibaut - BoA est avant tout un défi stratégique de grande ampleur, et le combat, bien qu’important, y est probablement secondaire par rapport aux bons choix d’objectifs, de manœuvre et de prise en compte de l’hostilité de l’environnement. Les « ressources » que le joueur doit gérer sont plutôt les contrôles politiques et militaires cruciaux (villes stratégiques) qui permettent ou empêchent les levées de troupes, les renforts, ou l’intervention française dans la Révolution Américaine (ou l’activation des tribus indiennes).
En outre, notre programme de développement fait que le moteur est constitué de modules qui vont se rajouter au fur et à mesure de l’extension de notre gamme, et un module économique n’est pas prévu avant le 4ème jeu d’AGEOD.
Par contre, quand ce module sera prêt, un patch gratuit proposera aux acheteurs de BoA d’intégrer le nouveau module : il y aura donc chez nous une politique d’Add-ons permanents (un tous les 3 mois environ).
 


6. JS : Parlons un peu des scénarios, nous savons déjà qu’ils y en aura 10, dont un pour la guerre Franco-Indienne et un pour la guerre d’indépendance, et qu’ils se dérouleront tous sur une carte de l’Amérique du nord. Mais quels sont les autres scénarios prévus ? Y aura-t-il des scénarios originaux non-historiques ?

Philippe Thibaut - On a prévu plusieurs scénarios courts, permettant des parties intéressantes et 2 ou 3 heures, et facilitant l’initiation. Par exemple, j’envisage un scénario « Patriot » : vous jouez de 1779 à 1780 uniquement dans le Sud Profond, et on verra si vous pourrez faire mieux que Cornwallis ou Greene.  Il y aura des campagnes à mi-parcours du conflit (1778, 1758 ou 1759) ou des scénarios mettant l’accent sur des aspects très particuliers du conflit (petite guerre avec les indiens par exemple). Pour les scénarios non-historiques, je n’ai rien de prévu de vraiment définitif (ndla : j’en envisage un où la Royale n’est pas écrasée en 1759 et où la présence navale française en Amérique du Nord change la donne du conflit) pour le moment, mais on sera ravi d’en proposer si on peut les rendre intéressant



7. JS : Peut-il y avoir une intervention de pays extérieurs aux deux états jouables dans chaque scénario ? Par exemple, comment est simuler l’intervention française auprès des américains lors de la guerre d’indépendance ?

Philippe Thibaut - L’intervention française est prévu de base dans BoA, mais elle n’est ni automatique, ni a date fixe. Il y a une batterie de conditions qui vont déclencher l’alliance française (sans compter les ravitaillements officieux, à la Roderigue & Hotelez de l’ami Caron de Beaumarchais) et surtout l’intervention de troupes et de navires (connus sous le terme d’Expédition Particulière à l’époque). L’anglais pourra peser pour retarder la chute de ce couperet, notamment en écrasant l’armée Continentale et/ou en s’emparant de certaines villes et régions clés…  



8. JS : Quelles sont les caractéristiques des parties multi-joueurs de BA ?

Philippe Thibaut - BoA se joue pour l’instant en 2 camps. Le mutli-joueur sera limité au jeu par email dans un premier temps (voire aussi en hotseat), sachant qu’une partie sur Internet ou LAN sera possible avec le module multi-joueur qui sortira avec notre second jeu, en mars ou avril si BoA est un succès.   



9. JS : Comment comptez-vous distribuer BA : de façon traditionnelle, ou bien en téléchargement payant à partir du site officiel ?

Philippe Thibaut - BoA sera distribué directement depuis notre site, par télévente sécurisée traditionnelle et/ou téléchargement payant (voire même le cumul des deux pour les impatients). On exclut pas du tout une distribution plus classique si des éditeurs se montrent intéressés. On a d’ailleurs des offres qui nous ont été faites pour l’Amérique du Nord.  



10. JS : Concernant AGEOD, quelle est sa particularité par rapport aux autres éditeurs existants ??? Quels types de jeux souhaitez-vous éditer ? Enfin, hormis BoA, avez-vous d’autres projets en cours actuellement ?

Philippe Thibaut - AGEOD part du principe que tout jeu bien conçu a son public et devrait pouvoir être mis en vente. Le schéma actuel de la distribution traditionnelle l’interdit, d’où notre positionnement sur la vente directe. On est prêt à éditer tout type de jeu, bien entendu selon sa qualité et en fonction des moyens à mettre pour le finaliser.
Comme je l’ai indiqué plus haut, on a au moins 2 autres jeu en cours de développement qui suivront BoA, chacun amenant un plus et une spécificité propre. Notre catalogue potentiel en jeux de stratégie historique concerne 12 titres actuellement, y compris des adaptations ou des refontes de grand jeux PC connus.
Et notre objectif final est la sortie pour 2007 de notre grand projet « La gloire des Nations », un très grand stratégique haut en couleur sur le XIXème siècle (1850-1920) qui amènera de nombreuses innovations dans ce segment de jeu…mais pour cela, il nous faut réunir 100,000 euros et la route est encore longue…

 
   
Réseau Gamers et Stratégie. Association Loi 1901 à capacité juridique.
©1998-2017 Réseau Gamers et Stratégie - Tous droits réservés - Mentions légales