Système TeamSpeak du Réseau Jeux-Strategie.com Abonnez-vous à nos flux RSS Mur du Réseau Jeux-Strategie.com
 
- Le NetMagazine des jeux video de stratégie 

L’Histoire du jeu de stratégie

Créé le : 8/9/2004
Edition du : 25/9/2004
Auteur : Pmh

L’Histoire du jeu de stratégie

 

 

 

Si je vous dis « Warcraft 3 », « Starcraft », « Age of Empires », vous me répondez : « Facile, ce sont des STR super connus ». Maintenant si je vous dis, « World Conquest », « Empire », « Cannon Fodder », ça devient plus dur, n’est-ce pas ? Mc Fly, je crois que nous allons devoir faire un bond dans le passé pour savoir comment a commencé la folle histoire du jeu de stratégie. On pourrait même trouver quelques tournants importants, aux noms plus qu’évocateurs.

 

Les origines: Avant d'entrer dans le vif du sujet, c'est à dire le type de jeux informatiques que vous avez l'habitude de rencontrer, je pense qu'il faut déjà poser les bases de la stratégie. Les débuts ne sont pas très ludiques, mais c'est assez flou pour que je les mentionne.

Tout ne commence pas sur un ordinateur, comme vous pouvez l'imaginez, mais sur une table: on appelle ceci les jeux de plateau. Le premier du genre a vu le jour en 1870, lors du conflit qui donnera lieu à l'annexion de l'Alsace Lorraine. L'état major austro-prusse décide de simuler, avec succès, ses manoeuvres sur des cartes, technique que l'on appellera le Kriegspel.

Le wargame "ludique" se démocratise dans les années 1960 aux USA et corrolairement en Angleterre. C'est à la fin des années 70 qu'apparaissent en France les premières traductions des jeux de langue anglaise, les premiers jeux français pur jus de l'historien Jean Pierre Défieux et le lancement de la revue Jeux et Stratégie.

La première trancription informatique de ce genre de jeu est Action Stations, éditée par RAW Entertainment et tournant sous DOS. La première version est sortie en 1976 et a été modifiée ensuite en 1987 et 1989. Si il n'a pas une partie dédiée à lui dans cet article c'est tout simplement car il n'intégrait aucune interface graphique. En effet, ce jeu était uniquement textuel, au tour par tour, bien sûr à l'époque, mais l'IA était quand même redoutable... C'est un jeu de combat naval, au canon et à la torpille, se déroulant entre 1922 et 1945. 

 

Vu la rapidité d’évolution du domaine informatique, y compris dans les jeux vidéo, il est assez difficile de déterminer exactement quel a été le premier wargame integrant une interface graphique. Tout comme on a admis que Wolfenstein 3D fut le premier FPS, au détriment d’Ultima Underworld, Empire est officiellement le premier jeu de stratégie, Harpoon s'en remettra.

 

 

Empire : Mais ce n’est toujours pas aussi simple car il existe différentes versions de ce jeu. La toute première, publiée en 1978 par Interstel, ne nous intéressera pas, car c’était un « jeu » uniquement textuel, sans interface graphique aucune.

La deuxième version sortie sur PC et Atari ST devient nettement plus intéressante. Elle sort en 1987 et intègre enfin une interface graphique. Oh rien de bien méchant comme l’atteste le premier screenshot, mais assez pour être classé premier wargame de l’histoire des jeux vidéo. Le but était assez simple, et n’a pas changé, juste évolué. Le joueur commande des forces terrestres, maritimes et aériennes contre l’ordinateur ou d’autres joueurs humains. Il déplace ses unités case par case pour contrôler les villes et points importants et ainsi produire plus afin d’écraser l’adversaire. Le jeu a été colorisé et légèrement revu en 1993, sous le nom très travaillé de Empire Deluxe.

Des erreurs ont malheureusement pu se glisser dans cette description car avec l’évolution rapide, les dates se perdent assez facilement, et varient selon les sources.

 

 

    

 

 

 

World Conquest : Plus une amélioration qu’une innovation, World Conquest est à Empire ce que Doom est à Wolfenstein 3D : un aboutissement. Mais la comparaison s’arrête là, car il n’a pas bénéficié de la notoriété qu’a pu avoir un titre tel que Doom.

En effet, c’est un jeu assez rare, un petit freeware dans un monde de brutes : les 2 versions, celle de 1992 et celle de 1996, sont toutes les deux du domaine public. En ce qui concerne les graphismes, World Conquest est nettement supérieur à Empire vu qu’il est directement colorisé : vert pour la terre, bleu pour l’eau, c’est toujours mieux qu’en noir et blanc. Pour ce qui est du gameplay, c’est la même chose en pas différent ! Des cases représentant le monde, des unités avec un quota de cases de déplacement, des points stratégiques à prendre (puits de pétrole, ports, villes,…), etc…

 

 

   

 

 

 

Dune 2 : On entre maintenant dans le vif du sujet avec Dune 2, de son petit nom La bataille d’Arrakis, sorti en 1992 et développé par le désormais célèbre studio Westwood. Ce jeu est entré dans l’histoire en étant le premier jeu de stratégie dans lequel les joueurs se massacrent en même temps ! On appellera ce genre le STR : Stratégie Temps Réel, que l’on peut opposer au jeu de stratégie au tour par tour, comme le furent Empire ou World Conquest. Là encore, à l’instar de Empire, ce n’est pas parce que c’est le premier, que c’est le meilleur. En effet, les graphismes ne sont pas géniaux, même pour l’époque, l’interface n’est pas des plus intuitives, le scrolling est assez médiocre et personnellement je n’ai pas beaucoup accroché à l’ambiance. On verra un perfectionnement de l’idée en 1995 avec le célèbre Command and Conquer. Mais rien que pour l’innovation du titre, il mérite les hommages. De plus c’est à partir de sa sortie que le jeu de stratégie a commencé à attirer les foules.

 

 

 

 

 

 

Warcraft et Warcraft II : Qui ne connaît pas Warcraft ? Ce jeu inspiré de l’univers Médiéval Fantastique dans lequel les humains mènent une guerre sans merci contre les orcs, et vice versa d’ailleurs.

Le premier opus est sorti en 1994 et s’intitulait Orcs and Humans. A l’époque, le titre était connu mais ne se démarquait pas des autres STR : le gameplay n’était pas phénoménal, l’action était lente, bref ce n’était pas une révolution.

Ce n’est seulement qu’à partir de Warcraft II, en 1995, que la série devint vraiment intéressante. Le titre a tout pour plaire. Le gameplay évolue énormément avec par exemple la possibilité de déplacer une unité par simple clic, alors qu’on était obligé de cliquer sur le bouton Déplacer puis sur la carte dans Warcraft, premier du nom. Les parties n’en deviennent que plus rapides et palpitantes. Du côté des graphismes, que dire, c’est BEAU ! En exagérant un peu, on pourrait dire qu’ils sont encore valables aujourd’hui. Ceci est du au fait que le jeu ait un côté cartoon, ce qui enlève tout devoir de réalisme. De plus, il n’est pas du tout pixélisé, contrairement à certains autres titres de l’époque. On ajoute à cela un univers très fouillé et des musiques enivrantes (c’est d’ailleurs l’une des premières fois qu’un studio y attache autant d’importance, après les Bitmap Brothers bien sûr) et on a tout pour que Blizzard devienne grand, et effectivement, il l’est devenu, même plus que prévu.

Mais j’en oublie le plus important : le jeu multijoueur, sur le net. Il fait son apparition avec Warcraft II : Battle.net Edition. Effectivement, il existait déjà auparavant, mais pas de cette qualité : on se retrouve avec des dizaines de cartes jouables sur le net, un classement des joueurs,… C’est à partir et grâce à cette édition là que le STR multijoueur s’est démocratisé, entraînant la création de grosses communautés soudées.

 

 

 

 

 

 

Total Annihilation : Total Annihilation, c’est toute une histoire. C’est le perfectionnement et l’innovation en même temps. Les grandes nouveautés ? Entre autres, c’est le premier jeu de stratégie en 3D.

Mais, malgré sa superbe réalisation, TA n’a pas eu le succès médiatique escompté. En effet, sorti en 1997, c'est-à-dire en même temps que le premier opus de la série Age of, épaulé par une grosse campagne de pub, et peu avant Starcraft, le jeu a du s’éclipser derrière les « géants » de Microsoft et de Blizzard.

Néanmoins, une grosse communauté s’est forgée autour du titre, devenant ainsi l’un des premiers STR regroupant des joueurs en liaison grâce à des sites de fans, des forums et autres. Ceci entraînant cela, TA est aussi devenu le premier STR à subir l’assaut des modeurs de tout poil : nouvelles cartes, nouvelles unités, redesign d’unités… C’est sans compter le suivi du jeu, avec de nouvelles unités créées par Cavedog (le studio de développement de TA) et disponibles gratuitement sur le net.

Mais pour découvrir ce jeu en profondeur, je ne peux que vous conseiller l’excellent dossier réalisé par Docrate.

 

 

 

 

Age of série : La série Age of, regroupant Age of Empires, Age of Kings et Age of Mythology, avec leurs addons respectifs, est l’une des meilleures représentantes des STR. Pour preuve, interrogez un néophyte des jeux vidéo à propos de AoE (Age of Empires), il sera sûrement plus apte à répondre que si vous lui parlez d’un autre jeu de stratégie.

Sorti en 1997 par Ensemble Studio et entouré d’une grosse campagne publicitaire, AoE s’est très vite imposé comme une référence en matière de STR. C’est le premier gros jeu de stratégie historique. Ca peut paraître bête, mais comme on peut le constater en remontant un peu dans le temps, les développeurs s’intéressaient plus à un univers fictif et fantaisiste. Mais Bruce Shelley et son équipe ne voulait pas se cantonner à une simple période historique. Vint alors le coup de génie, le petit truc en plus, dont la plupart des STR historiques ne peuvent plus se passer : la notion d’âge. Ainsi une partie est divisée en 4 âges : l’âge de pierre, de l’outil, du bronze et enfin celui du fer. Chaque âge apporte son lot d’unités, de bâtiments et de technologies.

Niveau gameplay, les options de base des STR actuels apparaissent petit à petit et font la différence. Avec AoE, son expansion Rise of Rome et AoK (Age of Kings) on découvre les groupes, les points de ralliement, la queue dans les bâtiments, la sélection rapide de paysans inactifs…

En ce qui concerne AoK, le titre n’avait rien de très novateur. Ce n’est pas pour autant qu’il était mal réalisé. C’est l’amélioration de AoE, utilisant tous les petits plus du gameplay. On obtient donc un gameplay quasi parfait, aidé par l’expansion The Conquerors.

La communauté Age of n’a jamais été aussi grosse qu’à cette époque. La raison est assez simple : il n’y avait pas de gros STR qui le concurrençait. Stracraft, si on peut dire cela comme ça vu la durée de vie de ce jeu, commençait à s’essouffler et aucun autre STR ne faisait la hauteur face à AoK.

Le petit dernier de la série, AoM (Age of Mythology), est, contrairement à AoK, plus basé sur l’innovation. En effet, non seulement l’époque et l’ambiance du titre change mais le gameplay subit d’énormes modifications. La principale innovation, c’est qu’il n’y a pas un mais plusieurs gameplays, correspondant chacun à une civilisation : grecque, égyptienne et  scandinave (atlante avec l’expansion). Les parties deviennent bien plus rapides et nerveuses, avec des pouvoirs divins ou des unités mythiques pouvant changer le cours de la partie.

 

 

 

 

 

 

Starcraft : Ce qui est comique avec ce jeu, c’est que je me sens incapable de dire ce qu’il a de révolutionnaire. On pourrait dire que c’est le jeu en lui-même, mais ce serait éluder le problème. Je ne connais pas assez le jeu, mais c’était quand même suffisant pour le placer parmi cette liste de jeux de stratégie. Cet exemple vous montre bien l’impact que ce jeu a eu dans le monde, notamment en Asie, encore plus précisément en Corée.

Je pense néanmoins que le gameplay y est pour quelque chose. Des parties très rythmées, sur un Bnet qui ne fait que se bonifier avec le temps, serait-ce la clé du succès ? Il faut bien le croire, surtout quand on voit que Starcraft fait encore partie de nombreuses listes de tournois dotés comme les WCG.

D’ailleurs, en rapport avec l’argent et la compétition, Starcraft est le premier à engendrer des vocations. Effectivement c’est le premier STR (jeu ?) dont certains joueurs sont des progamers, c'est-à-dire des joueurs payés et sponsorisés pour jouer.

 

 

 

 

 

 

Empire Earth : Empire Earth (EE) sorti fin 2001 n’était pour ainsi dire pas très attendu par les fans de STR. Pourtant il s’est très vite imposé comme un ténor du genre, regroupant sous sa bannière une communauté très conséquente. Mais qu’est-ce que ce titre avait-il de plus pour engendrer un tel succès ?

Il faut déjà savoir que la personne aux commandes du jeu n’est ni plus ni moins Rick Goodman, ancien designer de AoE. Bref une valeur sûre.

Mais si il n’y avait que ça ! Allons fouiller du côté des graphismes : oh ! EE fait partie de cette première génération de STR en vraie 3D, avec Warzone 2100 et Earth 2150. Et pas de la 3D sortie de derrière les fagots : les environnements sont très fins et soignés, les effets de fumée sont superbes, les animations fluides…

Mais ce n’est toujours pas là que l’on va trouver la vraie révolution. Allez je vous aide : « Une fabuleuse odyssée à travers 500 000 ans d’Histoire de l’Humanité » nous dit le boîtier du jeu. Et oui, la grosse innovation c’est l’ambition et l’énormité du titre. En effet une partie peut se dérouler jusque sur 14 époques, de la préhistoire à l’âge de la nano technologie du XXIIème siècle. On pourrait croire que c’est simplement un jeu dans la veine des Age of, qui pousse un peu plus le concept des âges, mais ce serait mentir. En effet avec Age of Empire, on reste quand même, en gros, dans la même période (Antiquité, Moyen Âge,…) et on ne fait qu’améliorer ses unités ou alors on en débloque quelques une nouvelles et surpuissantes. C’est là que ce situe la grosse différence entre les deux softs : dans EE chaque âge change complètement le style et l’ambiance du jeu. Avec toutes les améliorations disponibles grâce aux âges, on se retrouve avec un STR regroupant plus de 200 unités, 150 technologies et 25 types de bâtiments ! Tout cela pas simultanément bien sûr, ce serait illogique d’avoir une armée composée de gourdins et de robots.

Effectivement, EE mise aussi sur la qualité et l’ampleur historique. On a donc le droit à 4 campagnes solo, représentant 4 destins de nations : la Grèce, l’Angleterre, l’Allemagne et la Russie. Je ne le répéterai jamais assez, mais pour moi ce sont les meilleures campagnes qu’il m’a été donné de jouer !

 

 

 

 

 

Warcraft III : J’ai volontairement séparé les 2 premiers opus du troisième car il est évident qu’à part le contexte, il diffère largement de ses grands frères.

Warcraft III est LE STR du moment. Mais qu’a-t-il vraiment apporté au genre ? Ben pas mal de choses, c’est le cas de le dire.

La grosse innovation c’est l’arrivée d’un côté RPG (jeu de rôle) dans le jeu de stratégie avec des héros, des items, des creeps (ou PNJ=Personnage Non Jouable). L’impact est tel que maintenant on en arrive presque à croire qu’un STR ne peut plus se passer de ce côté jeu de rôle. D’autres jeux sont sortis ou sortiront par la suite, utilisant plus ou moins ce nouveau concept : Spellforce en premier, mais aussi des titres tels que Armies of Exigo, Heroes of Annihilated Empires et de nombreux autres…

L’autre point commun qui lie tous ces jeux ? L’univers médieval fantastique. Et oui, Warcraft, sûrement aidé par les récents films du Seigneur des Anneaux, a remis au goût du jour, ou plutôt, démocratisé l’heroic fantasy. Au diable les STR historiques, dominants il y a quelques années, place aux univers fantaisistes. Même les majors du STR historiques commencent à prendre cette direction comme les célèbres développeurs de GSC Studios (Cossacks, American Conquest) ou alors Fireglow (Sudden Strike) avec respectivement Heroes of Annihilated Empires et Stranger.

Enfin un des points importants qui font de ce jeu un must have est le fait que la partie solo tout comme le multi est énormément travaillé.

Le solo tout d’abord nous plonge dans une histoire très scénarisée. C’est d’ailleurs le début de campagnes plus héroïques, basées sur un personnage principal qui réalise une quête. On retrouve ce même schéma dans AoM ou Spellforce,… De plus on se sent vraiment plongé dans une sorte de jeu-film (à l’instar de Max Payne) grâce à des vidéos de très grande qualité. Les missions sont très variées et on ne s’en lasse jamais.

Ensuite le multi est, comme pour tous les jeux Blizzard, basé sur la plateforme Battle.net (Bnet), sûrement le meilleur serveur tous jeux confondus de part sa stabilité mais aussi et surtout de part son suivi. Deux ans après la sortie de Warcraft III, de nombreux patchs sortent régulièrement, corrigeant certains bugs, rééquilibrant le jeu et depuis quelques temps, rajoutant de nouveaux héros. Qu’un mot à dire : Chapeau Blizzard (bon ça fait deux mots mais c’est pas grave).

 

 

 

 

 

 

Et pour demain ? : La question se pose évidemment : quel est le prochain STR qui pourrait avoir sa place dans cet historique ? Malheureusement je ne suis pas très optimiste quant à voir un STR révolutionnaire d’ici peu…

Pour schématiser la situation : un jeu novateur et très bien réalisé sort, fait un tabac à l’instar de Warcraft III, puis le thème ou le gameplay est repris et amélioré par d’autres jeux (qui parfois ont plus de réussite que le premier) en attendant un nouveau jeu révolutionnaire qui sera une valeur sûre pour certains développeurs un peu frileux…

On se situe donc dans cette phase d’attente où des jeux tels que Spellforce, Armies of Exigo ou Heroes of Annihilated Empires trouvent le public attendu, préparé par Warcraft III.

Mais Lord of the Rings : Battle for Middle Earth ou Warhammer 40 000 vont-ils changer la donne?

 

 

 

Merci à LittleGreenDesktop, GameSpy et JV.com pour certains screenshots. Merci aussi à  Alexis AGUTTES et à Argasm pour leurs infos d'un autre temps et de sources sûres.

 

 

 

Réseau Gamers et Stratégie. Association Loi 1901 à capacité juridique.
©1998-2017 Réseau Gamers et Stratégie - Tous droits réservés - Mentions légales