Système TeamSpeak du Réseau Jeux-Strategie.com Abonnez-vous à nos flux RSS Mur du Réseau Jeux-Strategie.com
 
- Le NetMagazine des jeux video de stratégie 

Les confessions des testeurs de jeux vidéos

Créé le : 12/8/2001
Auteur : Swim

Les confessions des testeurs de jeux vidéos


Tester un jeu est le travail le plus commun dans l'industrie du jeu. Vous avez sûrement déjà vu quelques noms regroupés sous la mention "Testeurs" ou "Assurance Qualité" à la fin des crédits une fois un jeu terminé, ou alors à la fin du manuel, le plus souvent en petits caractères. On n'en entend pas beaucoup parler, mais pour beaucoup de gens à l'extérieur de l'industrie du jeu, c'est le boulot de rêve.
C'est exactement ce que se disaient  ces hardcore gamers quand ils ont postulé pour ce job. Néanmoins, est-ce que le test de jeu tient bien ses promesses, et pourquoi devenir testeur de jeux, puisque c'est un métier "bas de gamme"?


Les débuts du test

A la naissance de l'industrie du jeu, il n'y avait pas de testeurs. Programmeurs et designers se partageaient ce travail. "Pendant la programmation du premier Commander Keen chez id Software, nous étions en fait nos propres testeurs" nous rappelle Tom Hall, designer à ION Storm. "Les gars d'Apogee nous rapportaient les problèmes qu'ils détectaient, mais nous faisions la plupart du boulot." Puis, avec le développement de cette industrie, les studios de développement ont commencé à faire appel à des testeurs extérieurs, des hardcore gamers le plus souvent. L'appellation "Testeur" était née.


Qu'est-ce qu'un testeur?

"Il n'y a pas beaucoup de choses plus agréables dans ce monde que de pouvoir sortir une carte de visite et dire à des gens que jouer à des jeux vidéos est mon métier" dit Bruce Campbell, testeur à Activision. Mais beaucoup de testeurs n'ont pas le même point de vue. beaucoup pensent que tester un jeu n'a rien à voir avec jouer à un jeu, le plaisir étant obligatoirement présent quand on joue. De plus, le département de test est bien souvent mal vu des autres départements. De nos jours, les testeurs sont la police qui patrouille dans les différents niveaux d'un jeu pour détecter et rapporter les bugs et problèmes. Ils passent un temps fou à appuyer sur le même bouton un grand nombre de fois, à foncer dans les objets graphiques pour voir s'ils sont bien matérialises dans le jeu, ou à épuiser toutes les possibilités d'une arme ou d'un personnage pour s'assurer de son bon fonctionnement, afin que le jeu soit amusant. Les testeurs travaillent sur le même jeu du stade Alpha (la première version jouable du jeu) jusqu'à sa version finale, une période qui peut durer de 9 mois à plusieurs années.

Il y a plusieurs types de testeurs. Il y a les testeurs de la boite de développement qui interagissent directement avec les programmeurs et les designers. Le studio de développement demande aussi à ce que des tests soient faits par la production qui fournit donc elle aussi des testeurs qui doivent rapporter les bugs et problèmes qu'ils trouvent à la boite de développement.

Il y a également des testeurs saisonniers et des testeurs permanents. Enfin, il y a les testeurs non payés: les beta-testeurs, qui sont généralement des hardcore gamers volontaires pour tester un jeu, rapporter les bugs et dire ce qu'ils pensent du jeu.


Comment devenir testeur?

Testeur est sans aucun doute le boulot le plus facile à dénicher dans l'industrie du jeu vidéo. La plupart des studios ne demandent que d'être hardcore gamer et capable de finir un jeu pour devenir testeur. Il existe des testeurs qui ont bêtement répondu à une petite annonce pour Electronic Arts placardée dans leur école et qui y travaillent encore 3 ans après. Le piston est également une bonne solution.
Plus surprenant, certains testeurs ont été embauchés dans des agences d'intérim. Brian King, le manager Assurance Qualité de Eidos creusait des fossés quand son agence d'intérim lui a proposé de devenir testeur chez MicroProse. C'était une bonne opportunité, en tant que hardcore gamer de se faire quelques sous (un testeur gagne en moyenne 24000 dollars par an -178000 FF ou 27000 euros, ndt-)

"Le testing est la porte d'entrée de l'industrie du jeu vidéo" nous dit Brian King, "ça peut conduire à des jobs plus importants". C'est en effet vrai de la plupart des studios, et beaucoup de testeurs posent candidature pour rejoindre les départements design, programmation ou même marketing.


La loi du plus fort

Une fois toutes les démarches effectuées, la plupart des entreprises embauchent leurs testeurs en travail temporaire. La plupart des studios profitent des vacances d'été pour beaucoup tester leurs jeux, et donc embaucher beaucoup de testeurs, afin de pouvoir sortir leurs produits dans les délais prévus. Après ce "rush" estival, des postes sont offerts à la crème des testeurs. C'est la loi du plus fort même au niveau des testeurs...

"C'est un véritable sentiment d'insécurité. Non seulement vous en bas de la chaîne alimentaire, mais en plus vous êtes traités différemment par les testeurs permanents" confie un testeur temporaire chez 3DO. "C'est comme dans 'Survivor' (ou Koh Lanta, ndt), si vous ne restez pas avec les bonnes personnes, vous vous faites éjecter de l'île." Quelques jours après l'interview, ce testeur a été renvoyé.

(Testeurs chez SSSI)


Le manque de respect

En général, tous les testeurs se plaignent du manque de respect pour eux de la hiérarchie et des autres départements. Les designers font des graphismes, les programmeurs font du code et il est vrai qu'il n'y a pas de résultat concret du travail des testeurs. "Si les testeurs font leur travail, le jeu fait ce qu'il est supposé faire." Bien sûr, si les designers et programmeurs étaient parfaits, il n'y aurait pas besoin d'Assurance Qualité, mais comme le dit Evan Russel de Terminal Reality "Heureusement ils ne le sont pas."

Sur le site Fatbabies, un site de rumeurs pour l'industrie du jeu vidéo, beaucoup de testeurs se plaignent de leur quotidien. Selon l'un des éditeurs du site, Fatslicky, les informations du site proviennent majoritairement d'employés des studios qui doivent survivre jour après jour aux managers qui essayent de les coincer.

"La plupart des testeurs se plaignent que leurs suggestions ne sont pas prises au sérieux... Les équipes de développement devraient réaliser que les testeurs sont pour la plupart des hardcore gamers" explique Fatslicky. "Cependant, tous les testeurs ne feraient pas de bons designers."

Souvent les testeurs ont d'ailleurs à essuyer les critiques du grand public. Un assistant manager d'un magasin Electronique Boutique dit: "Quand un produit n'a même qu'un seul bug, le grand public se plaint du département de test qui n'est pas foutu de faire son travail." Dans bien des cas, ces bugs ont bien été reportés, mais étant donnée la date prévue de lancement du jeu, ils sont plus ou moins ignorés.

En raison de la nature du matériel PC et des différents standards, les testeurs de jeux PC ont une tâche encore plus difficile que les testeurs sur consoles. Non seulement ils doivent débugger le jeu, mais en plus ils doivent vérifier la compatibilité avec les différentes cartes vidéos, cartes sons et autres périphériques.

Pour les jeux PC, la producteur décide seul quand le jeu est prêt à être mis sur le marché. Si le développement a pris plus longtemps que prévu, il peut être publié dans un état buggé.


Les patchs

En raison de la facilité à "patcher" un jeu buggé après sa sortie, de plus en plus de producteurs ignorent les derniers reports de tests pour sortir le jeu à temps. "Dans certains cas, c'est un manque de test, dans d'autres ce peut être une pression extérieure exercée sur le développeur ou le producteur" dit Evan Russel.


Les heures supplémentaires traditionnelles des testeurs

Les testeurs s'investissent beaucoup dans leur travail. Trouver des bugs, et les voir disparaître du jeu leur donne un sentiment de pouvoir.

Et quand vient le temps de rendre les copies, les testeurs passent tout leur temps dans leurs "grottes" à faire le nécessaire pour finaliser le jeu. A Terminal reality, les testeurs deviennent livides quand on leur annonce qu'ils sont passés à coté d'un bug. Pendant le test de 4x4 Evolution, les testeurs faisaient une moyenne de 70 heures par semaine pendant un mois. "Il n'y a rien de très glamour à mon boulot, j'ai une brosse à dents, du dentifrice, du déodorant pour les moments critiques."


Être testeur, c'est ça?

Est-ce que ça vaut vraiment le coup d'être testeur, avec ce manque de respect chronique et ces heures supplémentaires obligatoires? Brian King de Eidos pense que oui. Il explique à ses testeurs que c'est le meilleur endroit où commencer pour rentrer dans l'industrie du jeu. "Vous êtes tout en bas de l'échelle et vous pouvez encore choisir n'importe quelle direction." Par exemple ont débuté dans l'équipe de test ou de support technique Electronic Arts: Frank Gibeau, vice président du marketing pour EA Japon; Hunter Smith, Mike Lopez et Paul Armatta à l'équipe de production James Bond; Phil Engstom, Manager du développement des technologies. Il y a aussi des testeurs comme Brian King ou Glenn Vistante d'Activision qui veulent juste rester testeurs.

Les hardcore gamers qui aimeraient faire ce qui les passionne comme métier devraient faire attention à une chose. Brian King dit qu'il n'est plus un hardcore gamer, c'est comme un fou de chocolat qui rentre dans une usine de chocolat. "Si on y travaille suffisamment longtemps, on peut en venir à détester le chocolat" dit-il en grimaçant ,"et j'ai personnellement atteint mon point de saturation pour ce qui est des jeux vidéos."

 

Traduction/Adaptation d'un article de Computer Games disponible ici

Réseau Gamers et Stratégie. Association Loi 1901 à capacité juridique.
©1998-2017 Réseau Gamers et Stratégie - Tous droits réservés - Mentions légales