Système TeamSpeak du Réseau Jeux-Strategie.com Abonnez-vous à nos flux RSS Mur du Réseau Jeux-Strategie.com
 
- Le NetMagazine des jeux video de stratégie 

Billet d'humeur : le Pro-gaming

Créé le : 14/5/2003
Edition du : 14/5/2003
Auteur : Neo


Le Pro-Gaming

 

Je suis un espèce de dinosaure du jeux vidéo, je dois jouer depuis plus de 20 ans à tout ce qui a pu voir le jour sur nos écrans « d’ordinateurs ». (Un Oric Atmos est-il considéré comme un ordinateur ;) ). Contrairement à ce qu’on pourrait penser les jeux vidéos ne sont pas si récents et dès le début de l’ère informatique les chercheurs se sont intéressés aux possibilités ludiques de ces machines. (1950) Pong en 1972 signa le début de l’ère du jeu vidéo grand public.

 

En 30 ans, le jeu vidéo a franchi les étapes à une vitesse exponentielle suivant en cela l’évolution des machines toujours plus puissantes, toujours plus rapides. Quand Pong se vendait au compte goutte à son époque, 30 ans plus tard, un jeu comme Zelda : The Wind Walker c’est vendu en moins d’un mois à 828 000 unités pour un CA de 41 Millions de dollars. Les enjeux sont donc importants pour les compagnies éditrices mais aussi pour d’autres sociétés intéressées par une telle manne financière ainsi qu’une population sensible à la publicité et aux marques.

 

Des petits génies de la finance se sont dit : Pourquoi ne pas profiter nous aussi de cet argent ? C’est ainsi que sont nées les diverses ligues nationales et internationales. Des sociétés éditrices de jeux vidéos ont utilisé ce phénomène pour sponsoriser des joueurs. Ce sponsoring augmente d’autant l’image du jeu et au final les ventes. Le Pro-Gaming est arrivé !

 

Pro-gaming ?

Je préfère de loin le terme Pro-Gaming à celui de e-sports. Pour moi le terme « e-sport » est presque un aveu. Le terme jeu est « honteux » alors que le sport porte des valeurs beaucoup plus positives. On va dons appeler ça du e-sport pour que les « vieux » ne voient pas dans cette activité que le négatif. Il faut dire que les médias, associations et législations ne sont pas là pour arranger les choses.

 

  1. Jouer à un jeu donne des crises d’épilepsie. Une étude relativement récente du CNRS a énormément atténué cette idée reçue. Malheureusement cette idée est répandue par les média et donne une image négative.
  2. Les médias encore eux mettent en scènes des images choc ! Un jeune de 14 ans qui insulte sa mère. L’image du jeu et par conséquent du pro-gaming devient totalement négative.

Pour moi, il faut assumer : Nous jouons à des jeux et cette activité peut-être professionnelle.

 

Attention ! Lorsque je dis professionnelle, je ne me limite pas au fait que cette activité rapporte de l’argent au joueur et lui permettre de vivre pleinement sa passion (Un très petit nombre de joueurs sont dans cette situation). Je parle aussi de professionnalisme dans le sens responsable du terme.

C’est ici bien évidemment que le problème se pose (particulièrement en France) et les médias ne s’y trompent pas car c’est à chaque fois sur ce point qu’ils frappent.

Comment peut-on être professionnel et responsable à 13 – 14 ou 15 ans ? Les jeunes dans ces jeux sont envoyés en orbite par la communauté des joueurs et par les ligues ou « des agents » qui espèrent évidemment des retombées financières. (Réveillez-vous ! Rien n’est gratuit dans ce monde même sur le net ). Tout cela a de quoi faire tourner la tête.

 

Il n’y a pas de véritable structure qui protègent les joueurs et les jeunes des dérives possibles comme on peut le voir dans les vrais sport.

Oui, je sais qu’au foot on peut intégrer un centre de formation à 13 ou 14 ans mais c’est dans une structure légale où la formation au sport intègre aussi l’éducation. Pour le pro-gaming, le centre de formation c’est le Net ou la salle de jeu, rien mis à part l’autorité parentale ne peut le forcer à passer du temps sur autre chose que le jeu. Ce cas d’école n’est pas forcément la majorité pour les pro-gamers en devenir mais c’est l’image que les médias diffusent. Et malheureusement, on peut s’apercevoir sur les forums sur internet que c’est aussi cette image que les joueurs eux-mêmes mettent en avant.

 

On a l’impression presque que le professionnalisme s’arrête seulement au fait de gagner un tournoi et donc de l’argent ou de cliquer 50 fois plus vite que l’adversaire…Pour moi c’est une erreur de croire cela et ça ne favorise pas le pro-gaming.

 

Comment le pro-gaming pourrait vraiment exploser ?

 

Les joueurs : Les joueurs doivent se prendre en main, assumer le fait qu’ils jouent à un jeu. Les pro-gamers doivent prendre conscience de l’importance de l’image qu’ils renvoient. Même si utiliser des termes anglophones est plutôt normal, n’utiliser que cela en le mélangeant à un style SMS pose une image très négative. Je ne vous dirais pas ici les réactions que j’ai pu entendre de plusieurs personnes en leur faisant lire certains messages postés dans des forums. Mais toutes se sont dit unaniment contre le pro-gaming après la lecture. (Echantillons de quelques 30 personnes entre 16 et 35 ans, lecture étant un bien grand mot). Alors que pour avoir rencontrés des joueurs qu'on pourrait désigner comme des Pro-gamers, je peux vous assurer que bon nombre d'entre eux ont un discours très intéressant.

 

Le joueur doit donc gérer son image et la promouvoir. Le net lui offre des possibilités importantes de ce coté là. Participer à des lan ne lui permet pas de toucher suffisamment de monde. C’est aussi par les « joueurs Pro » que la communauté s’enrichit et c’est aussi parce qu’il existe des amateurs que les « joueurs Pro » existent.

 

Les ligues ?

 

Il faudra à terme une fédération du « gaming ». Qui puisse veiller à l’intérêt de cette activité et aussi à celui des joueurs. Actuellement c’est un vide où toutes les sociétés commerciales lancent leur propre ligue. (Coupe de France, Coupe d’europe , Coupe du monde) c’est bien tout ça mais qu’il y en ait 50 d’organisés fait plutôt : « Nous aussi nous voulons des sous ! » plutôt que « Nous voulons promouvoir le pro-gaming ». Ces deux optiques se rejoignent mais j’ai l’impression surtout en France qu’on fait tout à l’envers. On veut faire de l’argent avant même que la structure et l’image soit mise en place. Au final on fait effectivement de l'argent mais sur des structures instables. Les médias ont beau jeu ensuite de descendre cette activité.

 

Conclusion 

 

Donc au final, oui je suis pour le Pro-Gaming mais seulement si « Pro » est l’abréviation de professionnel et non un simple préfixe. Il faudra donc que les choses changent pour qu’on arrive un jour à parler du jeux vidéo comme on parle aujourd’hui des échecs, c'est-à-dire avec respect.

Maintenant de là à comparer la richesse des échecs aux jeux vidéos c’est une toute autre histoire et nous avons encore quelques décennies à attendre avant qu’un jeu vidéo lui arrive ne serait-ce qu’à la cheville.

Réseau Gamers et Stratégie. Association Loi 1901 à capacité juridique.
©1998-2017 Réseau Gamers et Stratégie - Tous droits réservés - Mentions légales